Des marches de protestation palestiniennes prévues avant une décision US sur Jérusalem

Vue de Jérusalem le 1er décembre 2017- THOMAS COEX- AFP  Archives

Vue de Jérusalem le 1er décembre 2017 THOMAS COEX

Le conflit israélo-palestinien, qui dure depuis plusieurs décennies, a éclaté lorsque l'Etat d'Israël a été créé en 1948 avec l'appui de l'Occident, en occupant notamment des territoires palestiniens.

La prochaine échéance intervient lundi, selon le département d'Etat, qui a réaffirmé vendredi qu'aucune décision n'avait encore été prise. Il s'agit d'un protocole régulier depuis une loi votée au Congrès en 1995 décrétant que " Jérusalem devrait être reconnue capitale de l'État d'Israël " et que l'ambassade américaine devrait être transférée à Jérusalem au plus tard le 31 mai 1999.

Un séisme fait des centaines de morts en Iran et en Irak
De nombreuses victimes pourraient encore se trouver sous les gravats des nombreuses habitations qui se sont effondrées. En décembre 2003, un séisme avait anéanti la ville historique de Bam en Iran, dans la province de Kerman.

La question a été abordée dans sa largeur par l'Autorité palestinienne lors d'une rencontre qui s'est tenue vendredi avec Jared Kushner, le gendre et conseillé du président américain, pour avertir l'administration Trump que si elle devait annoncer la relocalisation de l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Al-Quds ou que si le président Donald Trump devait explicitement reconnaître la ville sainte comme capitale d'Israël, cela marquerait la fin du processus de paix. Mahmoud Abbas a tenté dimanche de mobiliser la communauté internationale pour peser sur la décision américaine.

Jared Kushner, proche conseiller du président américain, s'exprimera aujourd'hui sur la politique de Washington au Proche-Orient, au moment où Donald Trump doit décider s'il maintient ou non sa promesse de déménager l'ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel Aviv à Jérusalem. Mais son vice-président Mike Pence, attendu mi-décembre à Jérusalem, vient de réaffirmer que le transfert était "sérieusement envisagé". Ce qui va générer un nouveau problème insoluble entre les Israéliens et les Palestiniens. Donald Trump a récemment expliqué vouloir "donner sa chance" à la paix "avant de penser à déménager l'ambassade à Jérusalem". "Nous pensons qu'on peut y arriver", a-t-il seulement assuré, vantant une équipe soudée qui parvient à imposer le silence radio sur ses intentions, alors que le président Trump s'est même gardé pour l'instant de soutenir la solution à deux Etats, c'est-à-dire la reconnaissance d'un Etat palestinien coexistant avec Israël. Comme en écho au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui, dans un message vidéo au "Saban Forum", avait choisi de citer le prince héritier saoudien pour comparer le régime iranien à l'Allemagne nazie.

US ambassador: North Korea missile 'brings us closer to war'