Windhoek dément la présence de Grace Mugabe en Namibie

Des chars de combat sillonnent les rues de Harare

Un coup d'Etat militaire en cours au Zimbabwe ?

"Ce n'est pas un coup d'Etat militaire contre le gouvernement (.) Nous ne faisons que viser les criminels qui entourent" le président Robert Mugabe, 93 ans, au pouvoir depuis l'indépendance (1980), a assuré mercredi le général Sibusiso Moyo à la télévision nationale, dont les militaires avaient pris le contrôle un peu plus tôt.

Quatre-vingt-dix des plus hauts gradés du pays étaient présents lundi lors de la conférence de presse du chef des armées pour appuyer l'avertissement lancé au président et à son épouse Grace Mugabe.

Le président sud-africain Jacob Zuma a dit s'être entretenu par téléphone avec son homologue zimbabwéen, qui lui a dit qu'il était retenu à son domicile mais qu'il se portait bien. A la tête depuis 37 ans d'un régime autoritaire et répressif, Robert Mugabe a déjà été investi par la Zanu-PF pour la présidentielle de 2018, malgré son âge et sa santé fragile.

"Ce n'est pas un coup d'Etat militaire contre le gouvernement", a déclaré un général dans une déclaration lue dans la nuit à la télévision nationale.

L'ambassade des États-Unis au Zimbabwe a recommandé à ses ressortissants de rester chez eux en raison des "incertitudes politiques".

Le coup d'Etat en cours est suivi avec une attention particulière au Congo-Kinshasa, si l'on en croit les réseaux sociaux.

Attentat de New York : qui est Sayfullo Saipov, le suspect interpellé
Il a reconnu être l'auteur des écrits en arabe mentionnant Daesh retrouvés à proximité du camion par les enquêteurs. C'est en tout cas ce que souhaite le président américain Donald Trump , qui l'a fait savoir via.

Le général Moyo a assuré que "dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale".

En tout cas, il y a lieu de rappeler que le coup de force de l'armée a coïncidé avec le retour du vice-Président Emmerson Mnangagwa qui avait été écarté début novembre par Mugabe.

Surnommé le " Crocodile", ancien ministre de la Défense, Emmerson Mnangagwa a aussi dirigé les services secrets du Zimbabwe.

Dans un communiqué au nom de la SADC, le président sud-africain avait appelé au calme au Zimbabwe, soulignant que les développements dans ce pays ne doivent pas conduire à " un changement inconstitutionnel " du régime en place. Il adresse une mise en garde sans précédent à la Zanu-PF. Entre-temps, Mugabe fait preuve d'une méthode qui deviendra une habitude pour se maintenir au pouvoir: en 1982, il accuse son ancien compagnon de lutte, devenu son ministre de l'Intérieur, Joshua Nkomo, de complot. Le personnel a été sommé de quitter les lieux.

Les Etats-Unis entretiennent des relations très tendues avec le Zimbabwe de Robert Mugabe, auquel ils ont imposé des sanctions économiques.

Ross 128 b : une proche exoplanète de type Terre
A Laval, 350 manifestants contre les ordonnances Macron