Merkel préfère des élections anticipées à un gouvernement minoritaire

La chancelière allemande Angela Merkel également présidente de l’Union chrétienne-démocrate, a participé le 16 novembre au dernier round de négociations sur la formation d’une coalition entre Chrétiens-démocrates libéraux et Verts

Merkel préfère des élections anticipées à un gouvernement minoritaire

Angela Merkel va donc rencontrer le président Frank-Walter Steinmeier pour lui faire part de son échec, peut-être le signe qu'elle refuse de s'engager sur la voie de la formation d'un gouvernement minoritaire.

Aux divergences entre les trois mouvements s'ajoutaient les dissensions entre conservateurs. Pour l'instant, le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, n'évoque pas cette possibilité.

"L'incompréhension et l'inquiétude seraient grandes dans notre pays, mais aussi à l'étranger, en particulier dans notre voisinage européen, si nos forces politiques ne faisaient pas preuve de responsabilité", a ajouté le président Steinmeier. Son autorité au sein de la classe politique allemande, qu'elle domine depuis douze ans, en est affaiblie.

Si aucun accord pour gouverner n'est trouvé, le président fédéral devra enclencher une procédure qui s'achèvera par un scrutin anticipé.

En ce qui concerne Mme Merkel, reste à savoir si son parti lui renouvellera sa confiance en cas d'élections anticipées, qui pourraient se dérouler au printemps 2018. Il intervient de surcroît alors qu'elle est sortie déjà fragilisée des élections législatives après le score décevant de son parti, où son cap centriste est de plus en plus contesté par l'aile droite du mouvement.

Corée du Nord : Trump prêt à recourir à l'option militaire "si nécessaire"
Avant d'ajouter au sujet du président américain: "Ses bombes rhétoriques disent tout". Trump, sur son compte Twitter, de " régler tout ça " avec un " homme de valeur ".

La chancelière a, par ailleurs, annulé une rencontre prévue lundi avec son homologue néerlandais Mark Rutte. Après les récentes législatives, bien que les résultats l'ont donné vainqueur, les conservateurs ont eu le pire résultats depuis 1949. En cause, une hémorragie de voix vers l'extrême droite, l'AfD.

Car c'est principalement sur la question de l'immigration et des suites de la politique généreuse d'accueil des demandeurs d'asile d'Angela Merkel que les tractations ont buté. Si le candidat échoue à obtenir une majorité absolue par deux fois, soit il se lance avec un gouvernement minoritaire, soit le chef de l'Etat dissout le Parlement. Sa famille politique et les Libéraux plaidaient pour un tour de vis à l'égard des réfugiés, en plafonnant leur nombre et en limitant les regroupements familiaux.

La crise en Allemagne est aussi une mauvaise nouvelle pour ses partenaires européens, la France en particulier dont le président Emmanuel Macron a présenté en septembre des propositions de relance de l'Union européenne et de la zone euro et attend des réponses. Les Verts voulaient davantage de souplesse.

Paris a appelé à une Allemagne "stable et fort (e)", tandis que la Commission européenne se disait "confiante" en la "stabilité et la continuité" à Berlin.

Retailleau succède à Fillon — Force Républicaine