Pyongyang: "aucun intérêt" pour un dialogue

Kim Jong-un signe l'autorisation du tir de missile balistique de portée intercontinentale Hwasong-14 le 27 juillet 2017. La Corée du Nord a tiré ce missile dans la nuit du vendredi 28 juillet 2017 qui a atteint une altitude de 3.724,9km une dist

Le chef du Pentagone appuie l'accord sur le nucléaire iranien

"Je suis convaincu que sa visite sera spéciale, merveilleuse et réussie", a déclaré le président chinois en recevant à Pékin le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, dans une atmosphère amicale. "Nous avons deux ou trois canaux ouverts avec Pyongyang (.) Nous pouvons leur parler, nous leur parlons", a assuré M. Tillerson, alors que les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques.

Son président a aussitôt réagi. Le président américain doit en effet effectuer, du 3 au 14 novembre, sa première tournée en Asie avec des étapes au Japon, en Corée du Sud, en Chine et aux Philippines, pour le sommet de l'Asean à Manille.

Le Secrétaire d'État Rex Tillerson. "Or, elle est mise à mal essentiellement par les tweets de Trump", ajoute-t-il.

Mike Pence aurait rencontré le secrétaire d'État courant juillet, quelques jours après une réunion plus que tendue, au Pentagone, au cours de laquelle Rex Tillerson aurait critiqué Donald Trump, allant jusqu'à le traiter de " débile ".

Here's how much each iPhone X might cost Apple to build
The argument has some merit but it is worth noting that charging a phone of the most critical part of using the phone daily. So when is Apple iPhone 8 , iPhone 8 Plus coming to India? The price in Japan is 112,800 Yen (64GB) or 130045 Yen (256GB).

"Il y a des choses qui se passent en coulisse", "qui nous donnent des raisons d'être optimistes", disait début septembre le département d'État, qui a finalement salué mercredi "des pas énormes dans la bonne direction".

Le décret ouvrait aussi la voie à des sanctions contre des entités étrangères en affaires avec la Corée du Nord, et donc en premier lieu contre des banques chinoises, mais Washington a choisi de cibler d'abord des Nord-Coréens. Il va discuter avec eux de la "dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais aussi de commerce et d'investissement, a-t-elle ajouté devant la presse à Washington. Pour autant, la Chine - dernier grand partenaire commercial de Pyongyang - ne sert pas d'intermédiaire, a insisté Rex Tillerson. "Il voulait seulement dire que nous avions des canaux (de communication) et que nous aurions des raisons de dialoguer si le comportement de la Corée du Nord changeait au fil du temps", a dit ce responsable. Et le géant asiatique a confirmé qu'il limiterait de manière drastique ses exportations de produits pétroliers raffinés.

Rex Tillerson s'est fait le chantre de "pressions pacifiques" sur Pyongyang, via un durcissement des sanctions internationales et en travaillant avec la Chine pour resserrer l'étau autour du régime nord-coréen, alors que le président Donald Trump et Kim Jong-Un se livrent de leur côté à une surenchère verbale. Cet été déjà, en promettant "le feu et la colère" à Pyongyang, il avait relégué à l'arrière-plan les efforts du très discret secrétaire d'Etat pour accroître l'isolement de Kim Jong-Un. "La Chine et la Russie préfèrent cette dernière option", insistait samedi un éditorial du quotidien officiel chinois Global Times.

Sebastian Vettel (Ferrari) peut-être pénalisé à Suzuka