Canada: cinq blessés à Edmonton, "acte de terrorisme" pour la police

Un camion a été renversé au terme d'une course-poursuite entre la police et le suspect d'un acte terroriste à Edmonton

Un camion a été renversé au terme d'une course-poursuite entre la police et le suspect d'un acte terroriste à Edmonton

Quatre personnes ont été fauchées par le véhicule avant que le conducteur soit arrêté.

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3h (11h au Luxembourg), un individu a utilisé son véhicule pour foncer dans la foule à Edmonton, au Canada.

"Nous pensons que l'individu a agi seul", a déclaré le chef de la police d'Edmonton, Rod Knecht, lors d'un point presse dimanche.

Samedi soir vers 22 heures, un homme a forcé un barrage de police puis poignardé un agent qu'il venait de renverser, près d'un stade où avait lieu un match de football. L'agent a été blessé mais ses jours ne sont pas en danger, selon Radio Canada.

Zidane compare Asensio à Messi — Real Madrid
On va aller là-bas pour essayer de ramener quelque chose même si on sait que la probabilité est très basse. Pour sa part, Marco Asensio a décidé de suivre la voie empruntée par les cyclistes.

Le suspect s'est enfuit à pied en laissant à l'intérieur de son véhicule un drapeau du groupe Etat islamique. Il a été menotté et arrêté et il est actuellement en garde à vue.

Les deux événements seraient reliés et l'oeuvre du même individu, selon la police.

"Alors que l'enquête suit son cours, les premières informations indiquent qu'il s'agit d'une nouvelle expression de la haine face à laquelle nous devons rester vigilants", écrit le Premier ministre Justin Trudeau dans un communiqué. Dans un communiqué, publié sur Twitter, il se dit "extrêmement préoccupé et indigné par cette tragédie". Plus de 800 jeunes scouts étaient attendus sur place et bon nombre d'entre eux devaient camper devant le stade. Chaque jour, les policiers s'exposent à des risques importants pour nous, et cet attentat nous rappelle durement les sacrifices auxquels ils consentent pour le bien de la population.

Marseille: une attaque au couteau fait deux morts