Levothyrox : 9 000 signalements d'effets indésirables, selon Agnès Buzyn

L'hôpital de Saint Martin fonctionne pas de risque d'épidémie

La ministre de la Santé Agnès Buzyn le 9 août 2017 à Paris

La ministre de la Santé a tenté lundi de calmer les inquiétudes sur les effets indésirables du Levothyrox mais a demandé la suspension par précaution d'une chimiothérapie suspecte. Il y a quelques jours, l'Agence du médicament (ANSM) recensait 5000 signalements d'effets indésirables par les patients prenant du Levothyrox. Elle a également reconnu un problème d'information des malades. Dernièrement, l'Agence du médicament (ANSM) en a relevé 5 000. Une modification dans la formulation de ce médicament contre la thyroïde, pris par 3 millions de Français, a provoqué chez de nombreux patients crampes, maux de tête, vertiges ou perte de cheveux. Au micro de RTL, lundi 11 septembre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé ce décompte officiel recensé par les services de pharmacovigilance. Beaucoup de ses effets secondaires sont, en effet, liés à des difficultés à redoser correctement le Levothyrox, mais ils s'estompent quand on arrive à bien doser le traitement selon le ministère.

Mécontents de la nouvelle formule du Levothyrox mise sur le marché fin mars, les patients estiment qu'il s'agit d'une urgence sanitaire. Certes... "C'est une urgence sanitaire", ont néanmoins répondu les patients rejetant les discours rassurants des autorités de santé.

"Angélique Duchemin, c'était l'image de la boxe féminine en France" — Brahim Asloum
Mais si Angélique Duchemin a rapidement grimpé les marches du podium, c'est aussi grâce aux rencontres sportives. Elle dispute alors son premier combat professionnel en décembre 2012 où elle domine Cindy Bonhiver aux points.

La nouvelle formule du Levothyrox, médicament destiné à lutter contre les pathologies thyroïdiennes, pourrait être au cœur d'un scandale pharmaceutique. Vendredi, la ministre avait rencontré des représentants de l'Association française des malades de la thyroïde, après leur rassemblement devant l'Assemblée nationale.

Pyongyang menace de "dompter les gangsters américains" — Corée du Nord
Prix exorbitant, reconnaissance faciale… ce qu'il faut retenir sur l'iPhone X