Le décret anti-immigration étendu à trois nouveaux pays — Etats-Unis

Trump vise trois autres pays dans un nouveau décret sur l'immigration

Immigration: Pyongyang et Caracas sanctionnés

Le Soudan, qui était précédemment dans la liste a été retiré. L'entrée en vigueur du nouveau décret sera donc prévue le 18 octobre 2017. Nous n'accepterons pas dans notre pays ceux que nous ne pouvons pas bien contrôler " a affirmé le Président Donald Trump.

L'ajout de la Corée du Nord et du Venezuela élargit la liste des pays visés, au départ essentiellement composée de nations à majorité musulmane.

Les citoyens irakiens, visés par une première version du décret, en janvier, puis retirés en mars, feront quant à eux l'objet de contrôles accrus, précise la Maison-Blanche.

Ce n'est pas si étonnant, si l'on considère l'escalade de provocations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Pourquoi le Tchad? Comment un pays aussi engagé contre le terrorisme s'est-il retrouvé épinglé par Donald Trump? Les nouvelles règles affecteront les citoyens du Tchad, l'Iran, la Libye, la Corée du Nord, la Somalie, la Syrie, le Venezuela et le Yémen.

Ces pays "restent insatisfaisants à cette heure sur les questions de gestion des identités et leurs capacités, protocoles et pratiques du partage de l'information". Sa durée d'application s'achevait ce dimanche.

A noter que ces restrictions jugées "vitales pour la sécurité nationale" peuvent aussi être levées.

Kate Middleton effondrée d'avoir manqué la rentrée de son enfant
Le petit prince George , troisième dans l'ordre de succession au trône britannique, a fait sa rentrée en maternelle ce jeudi. Kate Middleton est actuellement confinée à Kensington Palace , où elle est surveillée de près par les médecins.

" La religion [.] n'a pas été un facteur", a assuré à la presse un responsable gouvernemental.

Et le troisième pays concerné est le Tchad, où opèrent des groupes terroristes comme Boko Haram, l'État islamique ou encore al-Qaïda au Maghreb islamique.

Tous les pays ne sont pas concernés de la même manière. Et pour cause, Pyongyang n'a pas de relations diplomatiques avec Washington. Pour le président tchadien, son pays, déjà en proie à une sévère crise économique et sociale, aggravée par la faiblesse des cours du pétrole, n'arrive plus à faire face financièrement à son engagement militaire dans le Sahel.

Mais les restrictions ne s'appliquent qu'à des responsables gouvernementaux et à leurs proches, notamment les fonctionnaires des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères, de forces de police et des services de renseignement.

"À titre de président, je dois agir afin de protéger la sécurité et les intérêts des États-Unis et de sa population", peut-on lire dans le texte du décret. Ce décret devait être examiné par la Cour suprême des États-Unis en octobre.

Glyphosate. "Hors de question" que la France prenne une position unilatérale
France: Un plan d'investissement de 57 milliards d'euros