Le Conseil de sécurité de l'ONU face aux essais nucléaires nord-coréens

Pyongyang promet d'envoyer de nouveaux paquets cadeaux aux États-Unis

La Corée du Nord semble préparer un nouveau tir de missile, prévient Séoul 

Les essais se sont...

L'essai nucléaire a été accueilli par un déluge de condamnations internationales et le conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir en urgence lundi.

Lundi, les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies sont restés divisés sur d'éventuelles sanctions contre la République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour son dernier essai nucléaire.

"Les Etats-Unis recevront d'autres 'cadeaux' tant qu'ils continueront leurs provocations irresponsables et leurs futiles tentatives de faire pression sur la Corée du Nord", a-t-il ajouté. L'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre, a aussi souligné que "la menace était passée de régionale à globale" et qu'il fallait que le Conseil de sécurité agisse.

La réunion aura lieu à 10h (heure locale) à la demande des Etats-Unis, de la Corée du Sud, de la Grande-Bretagne, de la France et du Japon, a indiqué dimanche l'ambassadrice sur Twitter. La Chine ne permettra pas le chaos et la guerre dans la péninsule coréenne, a-t-il souligné.

Le divorce par répudiation express est désormais interdit — Inde
Six femmes victimes de la pratique avaient engagé un recours en novembre 2016 pour obtenir l'abolition de cette procédure. Cette association d'organisations musulmanes jugeait le triple talaq "répréhensible" mais s'opposait à son interdiction.

Selon des sources diplomatiques, les nouvelles mesures en négociation cette semaine pourraient concerner le pétrole, le tourisme, le renvoi dans leur pays de travailleurs nord-coréens expatriés et des décisions sur le plan diplomatique.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine s'est dit, mardi 5 septembre, opposé au vote de nouvelles pénalités contre les Nord-Coréens. Elle a été ressentie dans certaines parties de la Chine et de la Russie, et suivie d'une réplique peut-être provoquée par un affaissement.

"Grâce au dialogue, nous pouvons aboutir à une dénucléarisation de la péninsule coréenne", a ajouté le diplomate chinois, qui a réitéré la proposition russo-chinoise d'un gel des manœuvres américano-sud-coréennes contre la suspension des programmes d'armement nord-coréens. Pour la première fois, les pays membres de l'ONU sont tenus d'inspecter toutes les marchandises en provenance et à destination de la Corée du Nord.

En décisions immédiates, Séoul et Washington ont annoncé le renforcement en Corée du Sud du système de lance-missiles Thaad, le bouclier américain qui provoque la fureur de Pékin.

Alors que le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin évoquait de possibles nouvelles sanctions, le président Trump a menacé d'arrêter "tous les échanges commerciaux" avec "tout pays faisant des affaires avec la Corée du Nord". L'ONU a besoin " d'unité ", a souligné son ambassadeur Koro Bessho peu avant le début de la rencontre, espérant que Moscou et Pékin soient coopératifs. "Elle a prévenu que le leader nord-coréen, Kim Jong-Un, ne comprend pas à sa juste mesure les responsabilités qui découlent de la possession de l'arme nucléaire". Des mesures qui auraient des conséquences pour la Chine qui absorbe environ 90% des exportations nord-coréennes. Donald Trump et son homologue sud-coréen sont par ailleurs tombés d'accord pour supprimer le seuil limitant la charge portée par les missiles de la Corée du Sud à 500 kilos.

Alpha Condé est arrivé à Xiamen (Chine)
The Leader of ISIS is Still Alive