Venezuela : Donald Trump n'exclut pas une opération militaire sur place

Des anti Maduro manifestent dans une rue de Caracas au Venezuela

AFP Des anti Maduro manifestent dans une rue de Caracas au Venezuela

"Nous avons de nombreuses options pour le Venezuela, y compris une possible option militaire si nécessaire". "Nous avons des troupes dans le monde entier qui sont parfois très loin, s'est contenté d'ajouter le président américain, alors qu'il était entouré du secrétaire d'Etat Rex Tillerson et de l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley". Déjà engagé dans un bras de fer avec Pyongyang, le président américain a menacé vendredi le Venezuela d'une intervention militaire, qualifiée d'" acte de folie " par Caracas. En cas d'agression, " nous serons tous au premier rang pour défendre les intérêts et la souveraineté de notre Venezuela bien-aimé", a-t-il déclaré.

Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino, a qualifié d'" acte de folie " cette déclaration du président Trump.

La mise en place de cette assemblée polémique, décriée par l'opposition comme une tentative d'instaurer une "dictature communiste", a augmenté les tensions entre Caracas et Washington, qui n'ont plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010. La réaction de Washington est survenue au lendemain de l'élection controversée de l'Assemblée constituante voulue par le président socialiste, un scrutin marqué par des violences qui ont fait dix morts. Il a en effet annoncé ne pas écarter une "option militaire" contre le pays. "Espérons que Kim Jong-un s'engage sur une autre voie!"

Les autorités vénézuéliennes font état depuis longtemps d'un projet d'invasion américaine.

El Barcelona retira la imagen de Neymar
Sus compañeros empezaron a mirarlo de reojo por tardar tanto en anunciar su decisión y desvincularse por fin del Barcelona . Personas que pasaban por el lugar veían a los trabajadores retirar los pósters donde figuraba el brasileño.

Le vice-président américain, Mike Pence, amorcera dimanche une tournée de l'Amérique latine avec un arrêt prévu en Colombie, dont le gouvernement a appelé au respect de la souveraineté de son voisin.

Donald Trump dit accepter de parler à Nicolas Maduro lorsque "la démocratie sera rétablie".

La Maison Blanche s'est contentée de commenter dans un communiqué que "les Etats-Unis se tiennent avec le peuple du Venezuela face à la répression permanente exercée par le régime Maduro". La requête a été manifestement refusée: la Maison Blanche ayant déclaré que Donald Trump s'entretiendra avec plaisir avec le dirigeant vénézuélien dès que la démocratie aura été restaurée dans le pays.

Tout en disant souhaiter avoir des relations "normales" avec les Etats-Unis, M. Maduro a averti jeudi M. Trump que son pays répondrait "les armes à la main" à une éventuelle agression et "ne se rendra jamais".

Cap Corse : l'incendie progresse moins vite mais n'est pas maitrisé