La France soupçonnée d'avoir réarmé les auteurs du génocide — Rwanda

Rwanda BNP Paribas visée par une plainte pour complicité dans le génocide

Selon une enquête sur le massacre du Rwanda : L'Elysée a donné l'ordre de réarmer les génocidaires

A ces côtés pour revenir sur les événements, Guillaume Ancel, ancien officier de l'armée de terre.

Interrogé par 20 Minutes, Patrick de Saint-Exupéry déplore " le silence du monde politique sur ce sujet depuis 23 ans ".

Dans une interview accordée à l'Obs, Patrick de Saint-Exupéry, qui est également co-fondateur de la revue, a expliqué qu'après l'ouverture des archives sur le Rwanda en avril 2015, deux fonctionnaires étaient alors chargés de leur lecture. "Au cours de l'opération Turquoise, ordre avait été donné [aux militaires français] de réarmer les Hutus qui franchissaient la frontière " entre le Rwanda et l'ex-Zaïre.

"Détourner l'attention des journalistes". Je l'entends encore tenir ses propos outrecuidants à la radio en 2001, de son ton glaçant et faussé qui hypnotise souvent par sa mécanique rythmique, selon lesquels il ne céderait pas à "l'instrumentalisation du génocide" alors que, ministre des affaires étrangères, il refusait d'envisager de s'incliner au Rwanda devant un mémorial du génocide des Tutsi. "J'étais effaré que nous fassions cela alors que nous les avions en partie désarmés et que nous savions qu'ils avaient du sang jusqu'au cou". Mais la directive aurait été néanmoins confirmée par l'Élysée, dans une note signée de la main d'Hubert Védrine, alors secrétaire général de l'Élysée, selon ce haut fonctionnaire.

Tournée sud-africaine : les Bleus n'ont pas pu éviter le fiasco
On repartira évidemment avec les valises pleines de points en vacances, car les joueurs en ont besoin. La moindre erreur et la moindre défaillance nous coûtent cher, c'est une évidence.

La plainte conjointe du CPCR de Sherpa et d'Ibuka, mijotée depuis longtemps, sur les responsabilités de la BNP dans le financement du viol de l'embargo des cessez-le-feu de 1991 et 1992, des accords d'Arusha de 1993 et de la résolution 918 de mai 1994 des Nations unies vient souligner le support financier français qui accompagna cet ordre français profondément stupide devant la conscience et l'Histoire.

En 2014, lors d'une audition parlementaire en 2014, Hubert Védrine semblait reconnaître implicitement réarmé les Hutus.

Hubert Védrine a rejetté en bloc le travail du journaliste.

En près de trois mois, après la mort en avril 1994 dans un attentat du président du Rwanda, Juvénal Habyarimana, des extrémistes hutus avaient massacré plus de 800 000 Tutsis et hutus modérés.

Tour de France : premier maillot jaune pour Thomas, premier abandon pour Valverde
Eastbourne: Novak Djokovic en finale contre Monfils