Ce que veut faire Emmanuel Macron — Réforme des institutions

Le président de la République Emmanuel Macron le 2 juillet 2017 à Bamako au Mali- CHRISTOPHE ARCHAMBAULT- AFP

Le président de la République Emmanuel Macron le 2 juillet 2017 à Bamako au Mali CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

L'Europe est le dernier sujet abordé par Emmanuel Macron.

Avant d'arriver au terme de sa longue intervention (90 minutes), le président de la République a rappelé l'état actuel du pays: "Nous connaissons à présent l'enthousiasme des commencements, mais la gravité des circonstances nous empêche d'en ressentir aucune ivresse". Une urgence matérialisée par la situation de la France, et qui appelle notamment aux institutions d'aller vite, dans l'action. Emmanuel Macron qui a soigneusement fait monter une horloge de la salle du Conseil des ministres pour la positionner derrière lui sur la photo! L'exécutif doit en prendre sa part. C'est aussi à une manière de voir la politique qu'il a donné congé. Il avait été mis en place par François Hollande après les attentats de novembre 2015 et avait été renouvelé à cinq reprises. Si les réformes seront effectivement soumises au vote du Parlement, Emmanuel Macron précise qu'il ne se privera pas de passer par le référendum, "si nécessaire ".

Pour cela, le chef de l'Etat a proposé une formule choc: "légiférer moins, agir vite".

Autre chantier, déjà annoncé pendant la campagne. Les lois faisant l'objet de textes importants seront d'ailleurs soumises à une forme d'audit, dans les deux ans suivant leur application.

Outre le nombre de parlementaires, Emmanuel Macron veut réduire le nombre de lois votées. Un gage, selon lui, d'efficacité législative.

Manuel Valls élu dans la confusion — Législatives
Tout comme le PS, agacé par ses tentatives de récupérer l'étiquette REM mais pas au point de lui opposer un candidat socialiste. Dans le hall de la mairie d'Evry, lieu choisi pour faire son discours d'annonce de victoire, des échauffourées éclatent.

Emmanuel Macron a tenu un discours devant le Congrès, à Versailles, éminemment centriste, de ce Centrisme du XXI° siècle qui prône une société humaniste du juste équilibre et du respect. Les deux formations politiques réclament depuis longtemps l'instauration de la proportionnelle pour les élections législatives.

Le Conseil économique, social et environnemental aussi réformé. Pour que le Cese devienne "la chambre du futur qui sera le carrefour et l'instance unique des consultations publiques", il faut "revoir de fond en comble les règles de sa représentativité", a énoncé le président de la République. Depuis le quinquennat de Nicolas Sarkozy, le président est autorisé à se présenter physiquement devant le Parlement, uniquement si celui-ci est réuni en Congrès à Versailles.

"Il faut bien entendu reconnaître la part essentielle de nos services publics et de tous nos fonctionnaires (.) Mais protéger les plus faibles, ce n'est pas les transformer en mineurs incapables", a déclaré le chef de l'État.

En-dehors de ces grands thèmes, Emmanuel Macron a rappelé l'importance de la lutte contre le terrorisme. En France, on encense et on se mobilise par centaines de milliers pour demander sa panthéonisation, lorsqu'une femme telle que Simone Veil vient à s'éteindre.

Didier Deschamps en tribunes pour la finale de la Coupe des Confédérations