Trump, porteur d'un message "d'amitié, d'espoir et d'amour" à Ryad

Armement : le mégadeal de 110 milliards dollars qu'offre Ryad à Washington

Washington et Riyad signent un contrat astronomique

Un accueil royal pour Donald Trump en Arabie saoudite. Et il annonce dans la foulée avoir trouvé un accord avec les pays du Golfe pour justement lutter plus efficacement contre le financement du terrorisme.

Le roi, qui s'exprimait lors de la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres selon l'agence officielle SPA, a ajouté que " les consultations, la coopération et la coordination " allaient " s'intensifier " entre les deux pays.

L'Arabie saoudite vient de signer un contrat d'armement dont la facture astronomique s'élève à 110 milliards de dollars, soit plus de 98 milliards d'euros. "Malheureusement, les Américains se trompent toujours concernant notre région: quand ils ont attaqué l'Afghanistan, ils se sont trompés, quand ils ont attaqué l'Irak, ils se sont trompés, quand ils nous ont imposé des sanctions ils se sont trompés", selon lui.

Donald Trump a appelé tous les pays à "isoler" l'Iran dans un discours à Ryad devant les représentants d'une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d'Etat ou de gouvernement. "En attendant que le régime iranien montre sa volonté d'être un partenaire dans la paix, toutes les nations dotées d'un sens des responsabilités doivent travailler ensemble pour l'isoler". Il est ainsi le premier président américain qui choisit un pays arabe ou musulman comme première destination à l'étranger après son arrivée au pouvoir.

Alors qu'il estimait durant la campagne présidentielle que "l'islam déteste l'Amérique " et qu'il avait ordonné en janvier la suspension de visas pour les ressortissants de nombre de pays musulmans, Donald Trump a souligné devant des dirigeants d'une trentaine de pays musulmans que la bataille contre les djihadistes n'est pas "entre différentes religions (.) ou différentes civilisations", mais "entre des criminels barbares qui essaient d'anéantir la vie humaine et des gens bien de toutes religions qui cherchent à la protéger ".

Il s'est en outre déclaré porteur d'un message "d'amitié, d'espoir et d'amour ".

Ce 1er discours de Donald Trump en terre d'islam était jugé à haut risque par la communauté internationale.

Trois autres arrestations — Attaque à Manchester
Quatre jours avant l'attentat, selon un proche de la famille qui vivait lui aussi à Manchester, Salman Abedi se trouvait en Libye. Une référence appuyée à la presse américaine qui a, la première, dévoilé l'identité de l'assaillant de l'attentat de Manchester.

D'autre part, le groupe américain de capital-investissement Blackstone et le fonds souverain saoudien PIF ont annoncé samedi la création d'un fonds d'investissement de 40 milliards de dollars en vue d'investir dans la réalisation d'infrastructures, essentiellement aux Etats-Unis.

Cette ouverture au monde a été plébiscitée par une majorité d'Iraniens qui ont réélu vendredi pour quatre ans le président modéré Hassan Rohani.

Parlant du terrorisme, le président américain dira: " cet avenir ne peut être réalisé qu'à travers la lutte contre le terrorisme et l'idéologie qui le conduit.

Mais dans le même temps, le Trésor américain a rendu publique de nouvelles sanctions ciblées contre des responsables iraniens liés au programme de missiles balistiques.

"De nombreuses personnes disent que c'était merveilleux que Mme Obama refuse de porter un foulard en Arabie, mais (les Saoudiens) ont été insultés".

M. Trump devait rejoindre lundi matin Israël, deuxième étape d'un voyage qui le mènera aussi dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l'Otan et du G7.

VIDÉO. Poignées de main et bousculade: le show de Trump à l'Otan