Grande-Bretagne: quel scénario pour les conservateurs sans majorité ?

Alors que Jeremy Corbyn a appelé Theresa May à démissionner et que des critiques s'élèvent déjà dans son propre camp face à son pari apparemment perdu des élections anticipées de jeudi, la Première ministre a fait front lors de sa première déclaration publique.

Son parti est sur le point de conserver la majorité au parlement, mais il perd des sièges au détriment du Parti travailliste, principal parti de l'opposition. "C'est assez pour qu'elle parte et laisse la place à un gouvernement vraiment représentatif", a-t-il déclaré. M. Corbyn a signé une campagne plus réussie qu'attendue par les politologues, multipliant les meetings au contact des électeurs et exploitant plusieurs faux-pas de Mme May, notamment sur la protection sociale. Les Libéraux-Démocrates, seul parti résolument europhile, gagne 4 sièges à 12 mandats, selon ces résultats. Sans majorité absolue assurée, Theresa May va devoir essayer de former un gouvernement, ce qui pourrait être long et complexe. L'annonce de la première projection de résultats jeudi soir a aussitôt provoqué une chute de la livre sterling à New York. Résultat: "toute l'approche du Brexit est remise en question". Mike Finn, chercheur à l'université de Warwick, évoque une possible "fin de sa carrière politique".

C'est l'autre surprise de ce scrutin: les indépendantistes du Parti national écossais (SNP) devraient céder une vingtaine de sièges (sur 54). Leur numéro 2, Angus Robertson, est battu. Les Lib-Dem ont prévenu dans la foulée qu'il n'y aurait "pas de coalition, pas d'accord" avec les autres partis.

Le Premier ministre, Theresa May, a demandé le vote trois ans plus tôt dans l'espoir de renforcer son pouvoir avant les négociations du Brexit.

"C'est une très mauvaise nouvelle pour (la Première ministre écossaise) Nicola Sturgeon et son ambition d'organiser un second référendum" sur l'indépendance, commente Iain Begg, professeur à la London School of Economics.

Un reboot des Animaniacs serait en route
Elle a notamment permis au grand public de découvrir Minus et Cortex , le duo de souris qui voulait conquérir le monde. Les sociétés de production Amblin Television et Warner Bros sont donc intéressés à lui donner un nouveau souffle.

"C'est mon pire cauchemar qui devient réalité", affirme pour sa part Hélène Thomas, 36 ans, qui a suivi la soirée électorale dans un bar de Londres, où elle espérait célébrer la victoire de Mme May.

Ironique: le Brexit s'est retrouvé relativement éclipsé durant la campagne, par les questions de protection sociale et de sécurité, alors que le pays a subi trois attentats en moins de trois mois.

Le chef des travaillistes, Jeremy Corbyn, a estimé pour sa part que les gens avaient tourné le dos à la politique d'austérité et qu'il était temps pour Mme May de partir.

La question de la sortie de l'UE a cependant été à l'esprit de nombreux électeurs au moment de voter.

Bruxelles s'inquiète pour les négociations du Brexit