Deux des assaillants seraient Marocains — Attentat de Londres

Recueillement à Londres en hommage des victimes de l'attentat le 5 juin 2017

Recueillement à Londres en hommage des victimes de l'attentat le 5 juin 2017

". En réponse, le maire de Londres, Sadiq Khan, a affirmé hier qu'il refusait de laisser " Donald Trump diviser nos communautés ". Il a par ailleurs continué d'invoquer l'attentat de Londres pour défendre sa volonté de bloquer l'entrée des Etats-Unis aux ressortissants de certains pays musulmans, attisant les tensions avec le Royaume-uni. Samedi soir, trois assaillants ont percuté des piétons à bord d'une camionnette sur le London Bridge, avant d'attaquer les passants au couteau dans le quartier voisin de Borough Market. Il y affichait déjà son soutien au groupe jihadiste État islamique.

Le Royaume-Uni a observé mardi à 11 heures (12h00 suisses) une minute de silence en hommage aux victimes de l'attentat, revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique, qui a fait 7 morts. Âgé de 27 ans, Khuram Shazad Butt est l'un des trois auteurs de l'attentat de samedi soir à Londres.

Le premier, un citoyen britannique de 27 ans né au Pakistan, était connu des services de sécurité et faisait l'objet d'une enquête des services britanniques. A l'inverse de son complice, il était inconnu des autorités britanniques et irlandaises jusqu'à sa participation à l'attentat de Londres, samedi.

Mais aucun signe de préparation d'un passage à l'acte n'avait été décelé et "la priorité des enquêtes" est allée à d'autres dossiers, a reconnu lundi Scotland Yard, qui précise suivre 3000 personnes simultanément. Ces quatre hommes et six femmes avaient été arrêtés la veille à Barking.

La police britannique a également donné l'identité du troisième assaillant.

Dans cette localité multi-ethnique, les habitants tentaient de comprendre comment des terroristes pouvaient se trouver parmi leur voisins.

Un attentat fait au moins 22 morts et 50 blessés — Manchester
Un homme avait foncé dans la foule avec un véhicule et poignardé un policier avant d'être abattu, près du Parlement. Des milliers d'enfants et d'adolescents assistaient au concert et ont fui les lieux, paniqués, après l'explosion.

"Ça fait très peur", a témoigné à l'AFP Sonam Chamdal, 21 ans, effrayée aussi par les opérations de police effectuées "bien près de chez (elle)".

Mark Rowley a rappelé que 500 enquêtes antiterroristes concernant 3.000 personnes restaient "actives" au Royaume-Uni et que cinq attentats avaient été déjoués depuis l'attaque perpétrée à Westminster le 22 mars, qui avait fait cinq morts.

"Après l'attentat de Manchester, le 22 mai dernier, la ministre de l'Intérieur, Amber Rudd, avait expliqué que 3000 noms se trouvaient sur une liste prioritaire de personnes surveillées par les services de sécurité, auxquels s'ajoutent 20 000 individus " périphériques ".

Au cours d'un meeting devant ses partisans dans la périphérie de Bradford (nord), Theresa May a au contraire vanté les mérites de son leadership "solide et stable".

Cette séquence difficile tombe mal pour Theresa May, qui espère sortir du scrutin avec une majorité renforcée au Parlement avant d'aller négocier le Brexit.

En visite à Londres, le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a précisé lundi soir qu'un deuxième Français était porté "disparu".

Attentat de Londres: ce que l'on sait