Paris - Macron recevra Poutine lundi prochain à Versailles

Emmanuel Macron recevra Vladimir Poutine le 29 mai au château de Versailles

Thomas SAMSON AFP

Rappelons que la première conversation téléphonique entre les deux présidents a eu lieu le 18 mai.

Le président russe Vladimir Poutine doit se rendre à Paris le 29 mai pour une visite non-planifiée au cours de laquelle il pourrait rencontrer le nouveau président français Emmanuel Macron, a indiqué le quotidien russe Kommersant, dimanche 21 mai, citant des sources haut placées à Moscou et Paris.

Bien qu'il ne cachait pas sa préférence pour Marine Le Pen, Vladimir Poutine a salué la victoire d'Emmanuel Macron le 8 mai dernier et avait exhorté le nouveau président à "surmonter la méfiance mutuelle et à "joindre leurs forces" dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent".

La visite de Vladimir Poutine intervient dans climat tendu entre la France et la Russie.

Une autre cyberattaque de grande ampleur en cours
L'entreprise de sécurité a déjà observé des ordinateurs qui ont payé à l'insu de leur utilisateur l'équivalent de quelques milliers de dollars .

Dans un entretien au magazine Challenges publié jeudi, l'ambassadeur de Russie en France, Alexandre Orlov, disait souhaiter qu'Emmanuel Macron renoue avec la politique du "général de Gaulle et François Mitterrand, quand la France pouvait exercer pleinement son rôle de grande puissance mondiale". Sous la présidence de François Hollande, l'affrontement était permanent entre Paris et Moscou sur le règlement du conflit syrien.

En effet, François Hollande reprochait au président Russe son soutien au régime de Bachar el-Assad.

D'ailleurs, lors de la campagne présidentielle française, Emmanuel Macron est le seul candidat du peloton de tête à ne pas avoir transigé sur ce sujet. "Nous attendons qu'il fasse preuve d'une plus grande autonomie de décision que François Hollande tout en restant dans le cadre des alliances traditionnelles de la France", a encore estimé l'ambassadeur.

Pendant la campagne, l'équipe d'Emmanuel Macron avait également fait part de ses doutes vis-à-vis de l'attitude de la Russie, soupçonnée de déstabilisation, notamment sur les réseaux sociaux.

Corée du Nord : réunion d'urgence du Conseil de sécurité mardi
Crise chez l'équipementier GM&S : Renault et PSA augmentent leurs commandes