Débat : Marine Le Pen et Emmanuel Macron jugés (vidéo)

Capture d'écran du deuxième document posté vendredi 5 mai

Capture d'écran du deuxième document posté vendredi 5 mai

Or Marine Le Pen a préféré consacrer l'essentiel de son temps de parole à tenter de démolir le programme d'Emmanuel Macron plutôt qu'à défendre le sien.

Marine Le Pen a ainsi décidé de revenir sur l'épisode du déplacement d'Emmanuel Macron en Algérie en février dernier, au cours duquel il avait affirmé que la colonisation française en Algérie était un " crime contre l'humanité ". Marine Le Pen avait choisi d'adopter une stratégie ultra-offensive, favorisant les attaques envers son adversaire plutôt que la mise en avant de ses propres idées.

"Je ne fais pas de marchandage", a ensuite déclaré le candidat En marche!, estimant cependant pouvoir convaincre les électeurs des candidats de La France insoumise et des Républicains que son projet était "plus puissant" que celui de la candidate FN.

Interrogé sur France Inter, Emmanuel Macron a justfié sa participation à ce débat face à la présidente du Front national (FN), contrairement à Jacques Chirac, qui avait refusé de débattre avec Jean-Marie Le Pen en 2002. "On peut se poser la question avec le Front national", a-t-il conclu.

Qui a remporté le débat d'entre deux tours?

L'évacuation de 3.000 Syriens bloquée en route — Syrie
La destination finale des habitants de localités rebelles est la province d'Idleb, contrôlée par insurgés et jihadistes. Ceux de Foua et Kafraya transitent par Alep, avant de se répartir dans les provinces de Damas et de Lattaquié (ouest).

Selon un sondage Elabe pour BFM TV, 63% des Français ont jugé Emmanuel Macron plus convaincant que Marine le Pen (37%).

Ses caricatures ("les islamistes vous tiennent"), ses invectives, ses familiarités de tripot ("Buvez un coup, ça ira mieux"), ses clowneries (qui ont fait le régal des réseaux sociaux), ses approximations en pagaille (dont la vente de SFR n'est qu'un exemple parmi d'autres) et ses fake news évoquant un mystérieux compte aux Bahamas ont surtout eu pour effet d'éclipser ses attaques les mieux senties. Par son outrance, elle a permis à Emmanuel Macron d'emporter largement le duel. Ce à quoi Emmanuel Macron lui a rétorqué que son compagnon Louis Aliot s'était lui-même affiché avec un responsable de l'organisation islamique.

Le candidat d'En Marche!, tout en s'en défendant, a été contraint de lui répliquer dans la même veine, la dépeignant comme "l'héritière d'un système, d'un parti, d'un nom". "Certes, c'est un débat qui s'est déroulé un peu en dehors des codes", a reconnu la candidate du Front national sur BFMTV et RMC. "Je suis le candidat d'une France forte, dans une Europe qui protège". "Vous avez démontré que vous n'êtes pas la candidate de l'esprit de finesse", lui avait-il dit au début du débat.

Interrogée vendredi matin par RTL sur le fait de savoir si elle regrettait ou pas ses propos, la dirigeante d'extrême droite clame que non. "Parce que la France, elle, vaut beaucoup mieux que cela".

Voici ce que la presse retient du débat présidentiel de mercredi 3 mai.

Après le débat, Macron à la hausse dans les derniers sondages