Crise chez l'équipementier GM&S : Renault et PSA augmentent leurs commandes

Manifestation des employés de GM&S le 16 mai 2017

Manifestation des employés de GM&S le 16 mai 2017

Le Maire, qui s'est entretenu avec les syndicats de GM&S à Bercy vendredi après-midi, a prévu de les informer de l'issue de ses discussions avec les constructeurs d'ici la décision du tribunal de commerce de Poitiers le 23 mai sur l'avenir du site de La Souterraine (Creuse), qui emploie environ 280 salariés. Pour les organisations syndicales, GM&S devrait tendre vers 35 à 40 millions d'euros de commandes annuelles pour survivre.

La somme ne permettrait pas forcément de sauver l'ensemble des employés, mais le ministère de l'Economie rappelle que "l'entreprise devra adapter son organisation afin de gagner davantage en compétitivité" pour éviter la liquidation judiciaire de l'usine par le tribunal de commerce de Poitiers et les 277 licenciements qui en résulteraient.

Le geste des deux principaux donneurs d'ordre est toutefois selon Vincent Labrousse, un "signe encourageant" par lequel "les constructeurs confirment qu'ils souhaitent continuer de travailler avec nous, ce qui est de nature à rassurer les éventuels repreneurs". Une annonce qui ne rassure pas vraiment les représentants des salariés.

Des salariés occupent le site depuis le 11 mai dernier et disent l'avoir "piégé" avec des bonbonnes de gaz et des bidons d'essence.

Législatives (sondage) : Mélenchon favori dans la 4e circonscription de Marseille (centre-ville)
Dans ce bras de fer pour les législatives, les deux hommes ne s'épargnent non plus aucun cliché sur Marseille. Patrick Mennucci a dit " n'accorder que peu d'importance à ce sondage " sur l'antenne de France Bleu Provence.

"La ténacité a payé".

Bercy a annoncé que PSA et Renault allaient passer des commandes plus importantes à GM&S, une véritable bouffée d'oxygène pour le sous-traitant.

Pas question pour le Premier ministre et le président de la République Emmanuel Macron d'avoir à gérer la fermeture d'une usine quelques jours seulement après leur installation. L'entreprise basée à La Souterraine, deuxième employeur privé de la Creuse, est en redressement judiciaire depuis décembre. Toujours dans l'attente d'un repreneur, l'usine a cependant obtenu une hausse des commandes de la part deux constructeurs automobiles Renault et PSA, poussés par le nouveau ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle.

Paris - Macron recevra Poutine lundi prochain à Versailles