Corée du Nord : réunion d'urgence du Conseil de sécurité mardi

La Corée du Nord tire un

Séoul accuse la Corée du Nord d'avoir tiré un "projectile non identifié"

Il a parcouru environ 500 kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon, selon les forces armées sud-coréennes.

Le ministre américain des Affaires étrangères Rex Tillerson a jugé "décevant" et "inquétant" le fait que la Corée du Nord mène fréquemment des essais de missile, après un nouveau tir dimanche, tout en soulignant que la campagne de pression économique et diplomatique américaine n'en était "qu'au début".

Dimanche dernier, le Nord avait effectué un tir d'essai de missile balistique de portée intermédiaire depuis Kusong, dans la province du Pyongan du Nord. Selon les analystes, cet engin avait une portée sans précédent. La Corée du Nord semble accélérer ses efforts pour mettre au point un missile balistique intercontinental (ICBM) capable d'acheminer une tête nucléaire sur le continent américain.

La Maison blanche a été informée du lancement, a-t-on déclaré dans l'entourage du président Donald Trump qui se trouve en Arabie saoudite. L'engin a parcouru 500 kilomètres environ. Mais avec une portée estimée à 4500 km, le Hwasong-12 est susceptible d'atteindre les bases américaines de l'île de Guam, dans le Pacifique. "Ce n'est donc pas imminent, mais avec le temps, la Corée du Nord en sera capable", estime-t-il. "Chaque fois que la Corée du Nord tire un missile, je suis nerveux", dit Yoon Shing-Hong.

Cinq morts dans une collision — Pas-de-Calais
L'accident , qui s'est produit vers 17h30 à mi-chemin entre Béthune et Le Touquet, implique trois véhicules, a indiqué cette source, confirmant une information de La Voix du Nord .

Ce tir a suscité un nouveau concert de condamnations internationales, Washington, Séoul et Tokyo dénonçant ce nouveau lancement et réclamant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU qui aura lieu mardi.

Ce nouveau tir ajoute encore aux tensions avec Washington sur le programme balistique et nucléaire de Pyongyang. Il ressemblait au Pukguksong-2 développé par la Corée du Nord.

La Corée du Nord assure avoir besoin de l'arme nucléaire pour faire face à la menace d'invasion américaine. "De nombreuses autres 'armes du Juche' capables de frapper les États-Unis seront lancées à partir de cette terre". Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Le missile était un Pukguksong-2, dans une version terrestre de ceux lancés depuis un sous-marin et qui utilisent du carburant solide permettant une mise à feu immédiate.

Paris - Macron recevra Poutine lundi prochain à Versailles