Serbie: Le Premier ministre Vucic élu président

L'homme fort de la Serbie le Premier ministre Aleksandar Vucic le 24 mars 2017 à Belgrade

Serbie: le Premier ministre Vucic veut s'imposer en patron

L'homme fort de la Serbie, Aleksandar Vucic, entend remporter dimanche la présidentielle serbe dès le premier tour face à 10 opposants qui crient à la dérive autoritaire. L'emprise sur le pays de cet ancien ultranationaliste de 47 ans, converti au centrisme et au rapprochement avec l'Union européenne et Premier ministre depuis 2014, ne semble donc pas devoir se relâcher. Il s'est bâti à l'Ouest une réputation de partenaire fiable et l'accueil empreint d'humanité offert, en 2015, aux milliers de migrants qui ont traversé la Serbie vers l'Europe de l'Ouest, a également fait beaucoup pour son image positive. En venant voter dès l'ouverture des bureaux, M. Vucic a jugé "ridicules" les accusations d'autoritarisme portées par une opposition faible et divisée.

Avec Vucic, le poste de président, aujourd'hui honorifique, retrouverait l'importance qu'il avait sous le libéral Boris Tadic (2004-2012). "Il a précisé qu'il resterait Premier ministre pour deux mois supplémentaires, pour officiellement prendre ensuite la succession de Tomislav Nikolic, dont le mandat expire le 31 mai". Dans la soirée, le patron du parti progressiste (SNS) s'est félicité de "l'immense confiance" témoignée par les électeurs qui ont "montré dans quelle direction veut aller la Serbie": "la poursuite des réformes, le chemin européen, tout en protégeant nos liens avec la Russie et la Chine".

Derrière Sasa Jankovic, les autres "gros" candidats de l'opposition, qui avaient appelé à ne pas laisser le pouvoir entre les mains d'un seul homme, doivent se contenter de miettes.

M. Vucic négocie l'adhésion de son pays à l'Union européenne tout en s'employant à ménager Moscou. A moins que ce rôle n'échoie à un amuseur public, Luka Maksimovic, qui incarne un personnage fictif et loufoque, "Beli", créé pour moquer la corruption de la politique serbe.

Le populisme est contenu, les pro-européens progressent — Pays-Bas
Un nombre record de 28 partis présentent des listes. 31% des partisans du Parti socialiste néerlandais partagent cette position. La dernière place est souvent occupée par une personnalité qui souhaite apporter symboliquement son soutien à la liste.

Durant la campagne, Aleksandar Vucic a vanté ses résultats économiques: la croissance est revenue à 2,8% en 2016 après des années de marasme imputables aux sanctions économiques qui ont suivi les guerres des Balkans des années 1990.

Il a aussi pu compter sur les médias.

"Le Premier ministre de Serbie Aleksandar Vucic a emporté dès le premier tour l'élection présidentielle dimanche, selon des estimations de l'institut de sondage Ipsos".

Ancien médiateur de la République, ce qui lui a valu de devenir une figure respectée de la classe moyenne urbaine libérale, Sasa Jankovic assure que des citoyens ont été la cible d'intimidations pour les inciter à voter Vucic.

Bataille CGT-CFDT pour la première place: verdict à la mi-journée