Quand Fillon menace de "foutre un procès" à Poutou — "Le Grand Débat"

Les candidats de G à D Nathalie Arthaud Francois Asselineau Jacques Cheminade Nicolas Dupont-Aignan François Fillon Benoît Hamon Jean Lassalle Marine Le Pen Emmanuel Macron Jean Luc Mélenchon et Philippe Poutou

Social et sécurité au coeur du débat inédit entre les 11 candidats

Première dans l'histoire électorale, le débat réunissant la totalité des onze candidats à la présidentielle a été mis en effervescence, hier soir, par l'offensive des six "petits" postulants.

Un marathon télévisuel surprenant et parfois tendu.

Ce fut certainement le clash de ce deuxième débat de l'élection présidentielle, un exercice inédit à onze candidats. M. Fillon, mis en examen pour détournement de fonds publics, avait été plutôt épargné lors du débat à cinq.

Philippe Poutou, candidat du NPA et ouvrier à l'usine Ford de Blanquefort, fustige non sans humour, les politiques aux prises avec la justice.

Favoris des sondages pour le premier tour le 23 avril avec environ 26% chacun, Marine Le Pen et Emmanuel Macron se sont affrontés sur la sortie de l'euro. "Je veux faire entendre le camp des travailleurs, l'intérêt des ouvriers, caissiers, cheminots et j'inclus les chômeurs, les travailleurs condamnés à l'inactivité, les retraités, les indépendants, les artisans étranglés par le capital", a déclaré la candidate LO.

Pontarlier : un couple en garde à vue soupçonné d'un triple infanticide
La procureure de Besançon évoquait également mardi un "très vraisemblable" contexte de " déni de grossesse ". Après avoir été déplacés, les sacs ont été retrouvés dans le garage par les forces de l'ordre.

Autre particularité, le nombre d'indécis n'a jamais été aussi fort à trois semaines du vote, y compris chez ceux qui se disent certains d'aller voter. Le doyen des candidats, Jacques Cheminade, a exprimé sa "colère contre ces héritiers d'un système qui se suicide". Jean Lassalle a fait du Jean Lassalle, lunaire, répondant à côté des questions, cultivant avec soin son image de berger... "Je l'ai été moi-même", a-t-il précisé, avant de dérouler un programme de défense de l'échelon communal. 'Or, comme on sait tous qu'il y a l'immense majorité de Français qui ne souhaite pas sortir de la monnaie européenne, ça veut dire qu'en réalité, il n'y a pas de politique économique de Mme Le Pen parce que cette politique économique s'effondrera à la minute où les Français se seront prononcés sur la question du maintien dans la monnaie européenne'. "Un président exemplaire": l'anaphore de François Fillon pour répondre aux affairesFrançois Fillon: existe-t-il un vote caché pour le candidat?

Avant même le début du débat, le candidat du NPA a donné le ton.

Le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste Philippe Poutou a alpagué François Fillon sur les affaires.

Marine Le Pen s'est elle présentée comme voulant "rendre la parole au peuple" d'un pays "livré à l'insécurité galopante", confronté à la "mondialisation sauvage", au "totalitarisme islamiste", à "la contestation de ses valeurs fondamentales et même de son identité nationale". L'ancien Premier ministre François Fillon (Les Républicains) a employé un langage martial, évoquant une "France en guerre" dont le chef des armées devra "parler clairement" aux Etats-Unis, à la Chine et à la Russie.

JO-2024: Michael Johnson "rêve de revoir" les Jeux à Los Angeles