L'Etat islamique revendique les deux attentats contre des églises coptes en Egypte

Une vue de l'église Mar Girgis à Tanta en Egypte le 9 avril 2017

Une vue de l'église Mar Girgis à Tanta en Egypte le 9 avril 2017

Le premier attentat a eu lieu peu avant 10h00 du matin en pleine célébration des Rameaux dans l'église Mar Girgis (Saint-George) de Tanta, une grande ville située à une centaine de kilomètres du Caire, dans le delta du Nil.

Cet attentat avait été mené par un kamikaze qui a fait exploser une ceinture explosive.

Les explosions se sont produites entre 10 heures et 11 heures alors que la communauté chrétienne copte célébrait le dimanche des Rameaux.

Le général Tarek Atiya du ministère égyptien de l'Intérieur a indiqué que "l'explosion a eu lieu aux premiers rangs, près de l'autel, durant la messe". Ils se disent victimes de discriminations de la part des autorités et de la majorité musulmane. Il n'a pas été blessé a précisé rapidement l'Église copte. "Il y avait des flammes et de la fumée partout et les blessures sont très graves".

A Tanta, des images diffusées par la chaîne de télévision privée Extra news ont montré le sol et les murs blancs de l'église couverts de sang, ainsi que des bancs en bois détruits. Après avoir inspecté les lieux, la police a établi un cordon de sécurité, devant lequel plusieurs personnes étaient rassemblées pour crier leur colère, a constaté une journaliste.

La Cour suprême prive le Parlement de ses pouvoirs — Venezuela
Le président colombien Juan Manuel Santos a jugé la décision de la Cour suprême "inacceptable". A Caracas, des manifestations ont réuni quelques dizaines de personnes, a constaté l'AFP .

Le pape copte orthodoxe Tawadros II, patriarche de toute l'Afrique, y présidait en début de journée les célébrations de la fête des Rameaux.

Le souverain pontife a exprimé ses condoléances aux familles des victimes dimanche lors de la prière de l'Angélus. L'état d'urgence, qui doit être appliqué pour trois mois, élargit considérablement les pouvoirs policiers en matière d'arrestation, de surveillance, et peut imposer des restrictions à la liberté de mouvement. Après avoir ordonné à l'armée de déployer l'armée pour protéger les "infrastructures vitales" du pays, le chef de l'Etat a réclamé des mesures "pour assurer une protection totale des frontières".

"Cette attaque ne fera que renforcer la détermination (des Egyptiens) pour aller de l'avant vers la sécurité, la stabilité et le développement", a-t-il dit dans un communiqué. Il intervient également avant une visite du pape François prévue les 28 et 29 avril en Egypte. Le président français François Hollande a dénoncé un "attentat odieux", affirmant dans un communiqué que la France "est pleinement solidaire de l'Egypte". Les membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont condamné des attaques "lâches". Deux attentats qui interviennent quatre mois après une attaque suicide de Daesh qui a fait 29 morts à l'église copte Saint-Pierre et Saint-Paul du Caire, le 11 décembre 2016.

La branche égyptienne de l'EI a aussi poussé en février les coptes du Nord-Sinaï à fuir la péninsule après une série d'attaques et d'assassinats les ciblant spécifiquement.

Droits de l'homme. La peine de mort recule de 37 % depuis 2015