L'évacuation de 3.000 Syriens bloquée en route — Syrie

Syrie: l'évacuation de localités assiégées reprend

Syrie : quatre jours après un attentat, les évacuations reprennent

Des milliers de Syriens évacués de villes assiégées sont bloqués depuis 24 heures dans des bus près de la ville d'Alep, où le processus restait suspendu jeudi à la libération de prisonniers par le régime.

A Rachidine, des combattants loyalites de Foua et Kafraya, en treillis, des enfants et des personnes âgées se baladaient dans une grande cour où étaient stationnés les bus.

"Nous sommes très fatigués".

Le régime a accusé les rebelles, qui ont rejeté toute reponsabilité et condamné l'attaque.

En parallèle, 300 personnes, dont des combattants, devaient pouvoir quitter les villes rebelles de Zabadani, Serghaya et Jabal Charqi, dans la province de Damas.

Mercredi, 3000 personnes avaient été évacuées des localités loyalistes de Foua et Kafraya, assiégées depuis deux ans par les rebelles dans la province d'Idleb.

Ils se sont ensuite rassemblés à Rachidine, une banlieue rebelle de la métropole d'Alep (nord), utilisée comme zone de transit, a constaté un correspondant de l'AFP.

La Xbox Scorpio sera dévoilée officiellement à l'E3 2017
Vincent de Lavaissiere est rédacteur chez IGN France, gamer à plein temps, et dealeur de beats à ses heures perdues sur Twitter . En plus des annonces de jeux habituelles, la société va dévoiler le reste des détails concernant la Xbox Scorpio .

"Le départ des bus est conditionné par la libération de prisonniers dans les geôles du régime", a expliqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Ils "ne bougeront pas avant la libération de 750 prisonniers et leur arrivée dans des secteurs rebelles".

Avec l'évacuation de mercredi, la première phase du processus est terminé, en attendant la deuxième qui doit intervenir deux mois plus tard selon les termes de l'accord.

La destination finale des habitants de localités rebelles est la province d'Idleb, contrôlée par insurgés et jihadistes. Ceux de Foua et Kafraya transitent par Alep, avant de se répartir dans les provinces de Damas et de Lattaquié (ouest).

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a indiqué que les examens prouvaient de manière "irréfutable" que du gaz sarin ou une substance similaire avait été utilisé à Khan Cheikhoun.

Le président Bachar al-Assad a assuré, dans une récente interview, que cette attaque chimique présumée avait été totalement fabriquée et avait servi de "prétexte" pour justifier les frappes américaines sur une base aérienne syrienne le 7 avril. "Depuis 2011, la Suisse a alloué 250 millions de francs d'aide humanitaire en faveur des Syriens déplacés par la guerre", a rappelé Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse lors d'une conférence de presse à Berne.

Tout d'abord, les titulaires d'une admission provisoire doivent obtenir le statut de réfugiés; il s'agit également de renforcer de façon significative les mesures d'intégration; enfin, de soutenir davantage les programmes de réinstallation du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Entre 2.000 et 4.000 cas de malformations majeures — Dépakine