Guyane : un grand rassemblement non loin du centre spatial de Kourou

Des membres du mouvement des 500 frères manifestent à Cayenne

Guyane : Cazeneuve ayant rejeté la demande "irréaliste" des grévistes, un sit-in géant prévu mardi à Kourou

" Bloquer la Guyane, bloquer son économie, bloquer ses écoles, bloquer ses services publics, ce n'est pas ainsi que l'on peut préparer l'avenir", a-t-il martelé. Les habitants ont ainsi manifesté leur mécontentement quant au refus de Bernard Cazeneuve de gonfler à 2,5 milliards d'euros l'enveloppe du plan d'aide à la Guyane. D'abord dans le domaine de l'éducation (400 millions d'euros, dont 250 millions alloués sur cinq ans à la construction de collèges), de la santé (85 millions d'euros, dont 65 millions attribués à l'hôpital de Cayenne), mais aussi de la justice et de la sécurité. "Les manifestants viennent d'écouter les déclarations de Matthias Fekl, le ministre de l'Intérieur, d'Ericka Bareigts, la ministre des Outre-Mer et de Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation, à l'issue du Conseil des ministres, et ils sont mécontents", explique la journaliste de Guyane 1ère, Laurence Tian Sio Po, en direct de Cayenne.

Elle a indiqué que les "428 propositions du collectif" guyanais avaient "été travaillées en totalité" et que le plan d'urgence gouvernemental y répond "à hauteur de 75%".

Bernard Cazeneuve a appelé, lundi 4 avril, à "poursuivre le dialogue en Guyane". La fusée Ariane 5 "restera au sol tant que la Guyane ne décollera pas", affirme même Mickaël Mansé, porte-parole du groupe 500 frères contre la délinquance. Une proposition qui avait été rejetée par les manifestants qui exigeaient 2,5 milliards d'euros. "Vous êtes bloqués. Nous voulons les milliards que nous avons demandés". Enfin, selon le ministère de l'Outre-mer, une mission va être diligentée pour accélérer l'attribution des aides européennes aux agriculteurs.

Ce n'est qu'un début le débat continue — Présidentielle
En meeting jeudi soir à Dijon, après avoir passé l'après-midi à Avallon dans l'Yonne, le candidat d'En Marche a été très clair. Au début, il s'agissait peut-être des électeurs qu'elle a perdus au profit d'autres petits candidats de la droite.

Le sit-in vise à "signifier" au Premier ministre que "ce qu'il dit ne correspond pas à la réalité du terrain" et que "nous sommes toujours mobilisés pour obtenir gain de cause", a poursuivi ce porte-parole du collectif à Kourou, interrogé par l'AFP. "Il n'est pas question de nous dire de nous en aller", a affirmé à la presse Albert Darnal, membre du collectif "Pou La Gwiyann dékolé" (Pour que la Guyane décolle), qui regroupe l'ensemble des mouvements protestataires. Une trentaine de manifestants ont par ailleurs occupé dans la nuit de mardi à mercredi le centre spatial à Kourou d'où décollent les fusées Ariane.

Le mouvement social d'ampleur inédite que connaît ce vaste territoire d'Amérique du sud (83.000 km2), situé à 7.000 km de Paris, est basé sur des revendications sécuritaires, économiques et sociales, ainsi que sur la méfiance face à l'État, accusé de sous-investissement depuis des décennies.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Débat animé des candidats sur fond d'incertitude record — France/présidentielle