Chocolat et missiles : le dessert surréaliste du président chinois chez Trump

Trump dans la tradition présidentielle

Syrie. Pour Poutine, il n'y a pas eu d'attaque au gaz sarin

Le président américain s'exprimait alors que son ministre des Affaires étrangères Rex Tillerson, en visite à Moscou, avait reconnu que les relations entre les deux puissances nucléaires étaient mauvaises, notamment en raison de divergences sur la Syrie.

"J'étais assis à table, (.) nous étions en train de manger le dessert et nous avions le plus beau gâteau au chocolat que vous avez jamais vu, et le président Xi se régalait", a conté Donald Trump. Tant sur la responsabilité du régime dans l'attaque du 4 avril sur la localité syrienne de Khan Cheikhoun (87 morts, dont 31 enfants), que sur le sort du président Assad.

Il a pu expliquer comment il avait pris la décision de frapper une base aérienne du régime de Bachar al-Assad en Syrie.

"Est-ce une alliance à long terme qui sert les intérêts russes, ou la Russie ne préférerait-elle pas se réaligner sur les Etats-Unis et les autres pays occidentaux et du Moyen Orient qui cherchent à résoudre la crise syrienne?", a lancé M. Tillerson.

Quand Piqué demande son maillot à Mbappé
En zone mixte, l'intéressé a toutefois tenu à préciser dans la bonne humeur: "J'allais lui demander mais il a anticipé". Pas de quoi calmer pour autant les ardeurs de la presse espagnole, qui a insisté, encore et encore.

Le président américain recevra justement le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, mercredi à la Maison Blanche.

La Russie au courant de l'attaque chimique?

La Russie a opposé un veto au Conseil de sécurité de l'ONU à un projet de résolution visant au lancement d'une enquête internationale en Syrie au sujet de l'attaque chimique présumée.

M. Tillerson a prôné le départ 'organisé' du président syrien tandis que son homologue russe insistait sur les précédents chaos créés par des départs de 'dictateurs'. A un niveau pire même que sous la présidence de Barack Obama. 'Malgré tous les problèmes existants, il existe des perspectives considérables pour travailler ensemble', a toutefois assuré M. Lavrov, se disant 'ouvert au dialogue dans tous les domaines'. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Afghanistan : 92 djihadistes tués par la mégabombe américaine