Wall Street surveille le vote — Loi anti-Obamacare

OUVERTURE EN BAISSE DES BOURSES EUROPÉENNESOUVERTURE EN BAISSE DES BOURSES EUROPÉENNES

OUVERTURE EN BAISSE DES BOURSES EUROPÉENNESOUVERTURE EN BAISSE DES BOURSES EUROPÉENNES

Le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,31% à 2.380,82 et le Nasdaq Composite prend 0,39% à 5.924,35 après un nouveau plus haut historique à 5.928,06.

Wall Street a terminé sans tendance une séance terne et manquant d'élan, les investisseurs restant attentifs aux déclarations des responsables de la Réserve fédérale (Fed) et aux développements politiques: le Dow Jones a perdu 0,04 % mais le Nasdaq a pris 0,01 %.

Vers 13H45 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 25,97 points à 20.682,55 points et le Nasdaq, à dominante technologique de 26,53 points à 5.844,22 points.

Autres interventions sur lesquelles les investisseurs ont gardé un oeil, celles des responsables de la Fed, qui vont s'étaler sur toute la semaine après la hausse sans surprise des taux mercredi. Pour l'avenir, la Fed "n'a pas eu l'air plus encline au resserrement monétaire (.) et je pense que c'est ce que l'on voit avec ses responsables pour l'instant", a commenté M. Hogan.

Enfin, la nouvelle chute lundi des cours pétroliers, sur fond de progression de la production américaine, imprimait une tonalité négative au marché.

Les marchés ont également cherché à évaluer les éventuelles conséquences du sommet du G20 ce week-end au cours duquel les ministres des Finances n'ont, sous la pression des Etats-Unis, pas réaffirmé leur traditionnelle opposition au protectionnisme dans leur communiqué final. Les chances de la candidate du Front national, Marine Le Pen, qui prône notamment un retour à une monnaie nationale, sont une des interrogations à Wall Street.

Alcool, cannabis et cocaïne dans le sang de l'assaillant — Attaque d'Orly
Le procureur de la République a ensuite détaillé le profil de l'assaillant et l'état de l'enquête. Sur cette vidéo, on y voit Ziyed B. jeter au sol un sac contenant un bidon d'hydrocarbures.

L'élection puis le début de la présidence du républicain avaient été salués par de multiples records à Wall Street, les analystes expliquant cet enthousiasme par la perspective de baisses d'impôts, d'un programme de relance budgétaire et de vastes dérégulations.

Les investisseurs ont de plus dû assimiler l'annonce du déclenchement le 29 mars du processus de sortie de l'Union européenne (UE) par le Royaume-Uni et se montreront attentifs, après la clôture, au débat entre les cinq principaux candidats à la présidentielle en France.

Donald Trump a dit qu'il souhaitait l'adoption de la réforme de l'Obamacare d'ici les vacances de Pâques de la mi-avril. Sur le front des entreprises, le distributeur de produits frais Sprouts Farmers Markets retombait, perdant 0,35% à 21,94 dollars après être nettement monté à la suite d'informations de l'agence Bloomberg indiquant que la chaîne Albertsons considérait une fusion avec lui.

De son côté, PVH s'envole de 8,65% après la publication de ses résultats trimestriels, supérieurs aux attentes du marché. Dans le secteur pharmaceutique Nektar Therapeutics prenait 28,26% à 19,88 dollars après avoir annoncé de bons résultats dans le développement d'un traitement de la douleur.

Le marché obligataire montait un peu, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissant légèrement à 2,488%, contre 2,502% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,107%, contre 3,109% précédemment.

Le corps du demi-frère de Kim Jong-un rapatrié