Trump donne son feu vert — Oléoduc Keystone XL

Russ Girling PDG de l'entreprise énergétique TransCanada. Le département d'Etat américain a délivré vendredi un permis à la société Trans Canada pour construire l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis a déclaré l'entreprise

Etats-Unis : le projet d'oléoduc Keystone XL approuvé avant lundi

Keystone XL, qui doit traverser le Canada et les Etats-Unis sur 1900 kilomètres, soulève la controverse depuis la présentation de sa première demande il y a dix ans.

"L'oléoduc n'a toujours pas de tracé dans le Nebraska (centre des États-Unis) et les dangers qu'il pose pour la terre, l'eau et le climat demeurent toujours aussi sérieux". L'or noir sera ensuite acheminé jusqu'aux raffineries du golfe du Mexique, via une portion déjà existante. C'est le sous-secrétaire du département d'Etat pour les affaires politiques, Tom Shannon, qui devrait approuver le permis transfrontalier déposé par la société TransCanada pour construire l'oléoduc reliant l'Alberta, au Canada, et le Nebraska, aux Etats-Unis.

Refusée par le président démocrate Barack Obama, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, la construction de l'oléoduc avait été relancée quelques jours après l'investiture de Donald Trump fin janvier. Climato-sceptique, le nouveau président américain avait assuré lors de la campagne électorale qu'il approuverait ce projet s'il était élu.

Affaire Tapie : le parquet réclame le renvoi en correctionnelle de Bernard Tapie
Tout au long de la procédure, Pierre Estoup a "systématiquement oeuvré en faveur des intérêts de Bernard Tapie". Mais il s'est pourvu en cassation, et ce recours est toujours pendant devant la plus haute juridiction.

Afin d'éviter toute polémique ou conflit d'intérêt, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson, ancien patron du géant pétrolier ExxonMobil, s'est retiré du processus de décision du projet Keystone XL. "Je suis en faveur de ce projet d'oléoduc parce que cela va amener de bons emplois (.) et de la croissance économique", déclarait-il mi-février à l'occasion d'une visite à la Maison Blanche.

En prenant une décision accélérée sur ce dossier, Donald Trump entend marquer sa volonté d'aller vite dans l'approbation des grands projets d'infrastructures, alors que les procédures de validation peuvent parfois prendre des années.

Le Département d'État des États-Unis a signé et délivré un permis présidentiel pour construire le pipeline Keystone XL, a annoncé TransCanada vendredi matin par voie de communiqué.

Deschamps zappe la polémique Benzema — Equipe de France