#Corse - L'Ecosse anti-Brexit fait un pas décisif vers l'indépendance

Parlement à Londres

Le Royaume Uni fera-t-il se demande officielle de sortie avant les célébrations des 60 ans de l'Union européenne? (Ph

Mise en difficulté par cette demande qui vient compliquer sa stratégie de négociations, Mme May a expliqué mardi devant les députés qu'après le feu vert du Parlement obtenu la veille elle attendait désormais l'assentiment de la reine, une formalité qui devrait intervenir selon elle "dans les prochains jours".

Mme May n'ignore pas non plus qu'elle s'engage dans une action d'importance historique car l'Écosse, qui a voté à 56 % contre le Brexit annonce déjà que son gouvernement, dirigé par la Première ministre Nicola Sturgeon, va organiser un nouveau référendum sur l'indépendance écossaise.

Theresa May, qui surfe sur une vague de popularité, s'est engagée à activer avant fin mars l'article 50 du Traité de Lisbonne, qui lancera le compte à rebours des deux années de négociations, suite au référendum du 23 juin ayant décidé le Brexit.

Cette approbation intervient quelques heures après l'annonce par la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon qu'elle allait demander un nouveau référendum d'indépendance, faisant planer une menace d'éclatement du Royaume-Uni.

Mardi, elle a mis en garde Londres contre toute tentative de blocage, affirmant aussi que c'est au Parlement écossais qu'il appartient de déterminer "quand" la consultation aurait lieu et quelle question serait posée aux Écossais.

Ziyed Ben Belgacem, un délinquant multirécidiviste de 39 ans — Attaque à Orly
Selon leurs déclarations, ils auraient reçu un appel téléphonique de Ziyed Ben Belgacem, qui aurait dit avoir fait "une bêtise". Selon les témoignages des militaires agressés, l'homme aurait déclaré "Posez vos armes , mains sur la tête".

Mme Sturgeon a précisé qu'elle demanderait la semaine prochaine au Parlement régional écossais l'autorisation de réclamer l'accord du gouvernement britannique pour lancer la procédure.

Theresa May a elle une nouvelle fois dénoncé devant les députés un projet qui "crée de l'incertitude au moment où le pays doit s'unir".

Nicola Sturgeon, la chef du Parti national écossais (SNP, indépendantiste), lui a immédiatement répondu sur Twitter. Les conséquences de l'instauration et de la mise en place du Brexit semblent donc avoir donné des ailes au mouvement indépendantiste écossais qui revient à la charge avec ce projet d'un nouveau référendum. Or Mme May souhaite un Brexit clair et net impliquant la sortie du marché unique afin de pouvoir reprendre le contrôle de ses frontières et de l'immigration.

Le Royaume-Uni est composé de l'Angleterre, de l'Écosse, du Pays-de-Galles et de l'Irlande du Nord.

Nicola Sturgeon, 46 ans dont trente ans de militantisme nationaliste, avait préparé le terrain la semaine dernière en justifiant l'organisation d'un référendum à l'automne 2018. Le SNP a rappelé que l'Ecosse avait voté pour rester dans l'UE par une marge de 62-38, alors que le Royaume-Uni dans son ensemble avait choisi le Brexit par 52-48. Côté Downing Street, on insistait lundi sur le fait que le déclenchement interviendrait à la fin du mois de mars, alors qu'il est théoriquement possible à tout moment. Le Daily Mail, également eurosceptique, s'attend lui à "Une nouvelle bataille pour le Royaume-Uni".

Ce n'est qu'un début le débat continue — Présidentielle