Macron battrait Le Pen au second tour, Fillon aussi — Sondage présidentielle

François Fillon lors de son meeting à Poitiers le jeudi 9 février

François Fillon lors de son meeting à Poitiers le jeudi 9 février

Emmanuel Macron, en progression constante dans les sondages depuis plusieurs semaines, connait une légère baisse dans le dernier sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Sud Radio, I-Télé et Paris Match. C'est ce qui peut expliquer un succès que bien peu de politologues avaient vu venir.

Autre critique qui touche Emmanuel Macron: l'absence de transparence autour de ses donateurs. Malgré un cursus honorum classique réalisé dans les écoles d'élite de la République, il n'est pas un professionnel de la politique. "On a une exigence pour Emmanuel Macron qui est plus forte que pour les autres candidats ". 36 % des sondés qui déclarent vouloir voter pour Emmanuel Macron se disent sûrs de leur choix. Malgré son omniprésence durant le quinquennat de François Hollande et son rôle clé dans la politique économique du chef de l'État, il a réussi à être assez critique et dissonant en étant aux responsabilités pour ne pas paraître jusqu'ici tributaire de son bilan. François Fillon recueillerait seulement 58% dans le même scenario. "Toutes les personnes qui sont dans le champ républicain, qui considèrent que le clivage gauche-droite a vécu, et qui se reconnaissent par les valeurs portées par le mouvement, sont les bienvenues ".

Le socialiste Benoît Hamon est également stable, à 16%, comme Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise, 13%).

Mais là où la dynamique semble véritablement s'enrayer pour l'ancien ministre de l'Economie, c'est sur le niveau de certitude des électeurs.

Primaire à gauche: participation en hausse à la mi-journée
Il a tout aussi rapidement levé le voile sur ses intentions : oui, il soutiendra, même du bout des lèvres, Benoît Hamon . Quelques minutes plus tard, les deux hommes devront se retrouver pour la poignée de main scellant le second tour.

"Elle (la Russie) est en train de s'ingérer dans la campagne présidentielle française, et ce n'est pas normal".

Résultat, 7 Français sur 10 et une majorité de sympathisants de droite (53% contre 46%) lui demandent désormais de renoncer à se présenter à l'élection présidentielle. À l'inverse, il pourrait avoir à composer avec une partie de la droite pour former une grande coalition centrale et un gouvernement, un schéma inédit sous la Ve République.

Or, d'autres partis sont aussi représentés lors de l'élection présidentielle.

Ford investit 1 milliard de dollars dans Argo AI — Voiture autonome