L'enquête visant Bolloré fruit d'une plainte de Mediaset "abusive"

Vincent Bolloré est le président du conseil de surveillance de Vivendi qui a fait une entrée fracassante au capital de Mediaset à la fin de l'année dernière

Enquête sur Bolloré et Mediaset

Le Français Vincent Bolloré a été inscrit officiellement sur le registre des enquêtes du parquet de Milan, "pour manipulation de marché", a indiqué le procureur Fabio De Pasquale, en charge de cette enquête. Furieux de ce revirement, Mediaset, propriété de la famille Berlusconi via le holding Fininvest, avait refusé de renégocier les termes, arguant que Vivendi avait toutes cartes en mains dès avril lorsque l'accord avait été signé. Le groupe français avait annoncé dans la foulée vouloir atteindre les 20 %, une manœuvre jugée "hostile" par la famille de Silvio Berlusconi, propriétaire de Mediaset.

Vivendi et Mediaset annoncent la signature d'un "accord stratégique", qui prévoit le rachat de la chaîne payante Mediaset Premium par le groupe français et un échange de participations à hauteur de 3,5%.

Après avoir révélé en décembre qu'il possédait 3% de Mediaset, Vivendi a fait une entrée fracassante dans le groupe italien de médias.

Le parquet de Milan avait ouvert en décembre une enquête préliminaire au sujet de cette montée de Vivendi au capital de Mediaset.

Le groupe Vivendi et Vincent Bolloré n'ont à ce stade pas réagi.

La retraite de Lahm a surpris le Bayern
Prévoyez les mouchoirs pour le mois de juin, il risque d'il y avoir de l'émotion du côté de la Bavière. C'est une nouvelle qui attristera forcément tous les amoureux du football.

Selon Fininvest, Vivendi a "créé les conditions pour faire baisser artificiellement la valeur du titre Mediaset" pour pouvoir ensuite "lancer à prix bas (.) une vraie escalade hostile".

Le même jour, Vivendi annonce détenir 12,32% de Mediaset.

Arnaud de Puyfontaine avait souligné jeudi être "toujours optimiste quant à la possibilité d'aboutir à une issue positive" dans le conflit l'opposant à Mediaset, lors de la présentation des résultats annuels de Vivendi, qui a notamment accusé une chute de 35% de son bénéfice net en 2016.

Mediaset réclame ainsi devant la justice à Vivendi 50 millions d'euros pour chaque mois de retard dans l'application du contrat conclu en avril.

La Maison-Blanche ferme la porte à certains médias
"Pas de défiance" — Hollande à Trump