L'administration Trump adopte des sanctions contre l'Iran

L'Iran confirme un

La tension monte encore d'un cran entre l'Iran et les États-Unis

"L'Iran exercera également des restrictions juridiques à certaines personnes et entreprises américaines qui jouent un rôle en matière de formation et d'assistance apportées aux groupes extrémistes et terroristes dans la région, " est-il précisé avant d'indiquer que les noms de ces entités seront annoncés prochainement.

L'administration Trump a imposé vendredi de nouvelles sanctions liées au programme iranien de missiles balistiques, en plein regain de tensions diplomatiques entre Washington et Téhéran. "Avec moi ce sera différent", a tweeté Donald Trump.

"Rien n'est exclu", a simplement répondu, sans autres précisions, le président américain à un journaliste qui lui demandait si une action militaire avait été exclue.

"L'Iran a été formellement MIS EN GARDE pour avoir tiré un missile balistique".

Téhéran a encore répliqué à Washington, via Twitter.

L'A13 coupée dans les Yvelines après un carambolage : "De très nombreux blessés"
Les blessés légers ont été conduits dans un gymnase ouvert pour l'occasion à Aubergenville. La circulation n'a repris que peu après 11H00, a constaté la journaliste de l'AFP .

Plus tôt vendredi, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif avait indiqué que son pays n'était pas impressionné par les menaces, mais qu'il "ne déclencherait jamais une guerre".

La période d'apaisement entre les Etats-Unis et l'Iran, qui a accompagné l'accord sur le nucléaire iranien, semble bien loin.

Ce texte âprement négocié vise à garantir, en échange d'une levée des sanctions internationales, la nature pacifique du programme nucléaire de l'Iran. "Il devrait remercier l'accord désastreux que les Etats-Unis ont conclu avec lui!", a lancé le président dans un tweet matinal dont il est coutumier. "Les sanctions prises aujourd'hui visent à réprimer des actions perpétrées en dehors du JCPOA", a insisté un responsable américain.

Le sénateur républicain Tom Cotton s'est félicité que " le président (Trump) tienne ses promesses", exhortant " l'Iran des Ayatollah (...) à cesser et à s'abstenir immédiatement (...) de toute provocation ".

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que toute intervention étrangère à cet égard constitue une violation du droit international.

Envoyé Spécial sonnera-t-il le glas de Fillon?