Angola : Jose Eduardo dos Santos confirme son départ du pouvoir

AFP  Vyashelav Runov

José Eduardo dos Santos lors d'un rassemblement sur l'amitié sovieto-angolaise en 1986

José Eduardo dos Santos, l'un des plus anciens dirigeants africains, a confirmé vendredi la fin de son règne sans partage de trente-sept ans sur l'Angola en annonçant qu'il ne briguerait pas de nouveau mandat aux élections générales d'août.

L'information qui avait déjà été donnée de façon informelle début décembre a été confirmée ce vendredi lors d'un congrès extraordinaire du Mouvement populaire pour la libération de l'Angola (MPLA), le parti au pouvoir.

Pour mémoire, c'est depuis l'accession à la souveraineté nationale de l'Angola en 1975 que Dos Santos dirigeait le pays.

Rallye Monte-Carlo : Neuville résiste au retour d'Ogier
Ce sont les spectateurs qui ont d'abord tenté de ranimer la victime par un massage cardiaque et des séries de bouche-à-bouche. L'accident s'est produit aux alentours de 20h30 sur un route départementale plongée en grande partie dans l'obscurité.

Ce militaire de carrière a gravi un à un tous les échelons politiques et militaires. Après donc 37 années au pouvoir, le dirigeant angolais cédera sa place à son ministre de la Défense et actuel vice-président du parti, Joao Lourenco, dont le comité central du parti "a approuvé" la candidature.

Âgé de 74 ans, José Eduardo Dos Santos est en fonction depuis septembre 1979 et détient l'un des records de longévité au pouvoir en Afrique.

Son successeur à la tête du MPLA devrait être le futur président de l'Angola si le parti remporte les législatives. A 62 ans, le fidèle compagnon de José Edouardo dos Santos, va prendre les reines du parti et si en cas de victoire du MPLA, ce dernier est élu automatiquement Chef de l'Etat conformément à la constitution angolaise.

L'Italie et l'UE vont financer les camps de migrants libyens