Philippot se scandalise d'un film "clairement anti-Front national" — "Chez nous"

Dans le film Émilie Dequenne campe une infirmière à domicile candidate aux municipales.  Relax News- Youtube

Dans le film Émilie Dequenne campe une infirmière à domicile candidate aux municipales. Relax News

Il raconte comment Emilie Dequenne, qui joue le rôle d'une infirmière à domicile nordiste, est approchée par le parti du Bloc patriotique pour rejoindre une liste aux municipales. A l'instar du Front national, présidé par Marine Le Pen, le parti est dirigé par une femme, incarnée à l'écran par Catherine Jacob. Invité ce 1er janvier de l'émission "Le Grand Rendez-vous" sur Europe 1, Florian Philippot a déclaré: "D'après la bande annonce que j'ai vue, ça a l'air d'être un joli navet, mais au-delà de la qualité du film, je trouve ça proprement scandaleux qu'en pleine campagne présidentielle, sorte dans les salles françaises un film qui est clairement anti-Front national". Il propose de "mettre le budget de ce film sur le compte des adversaires du FN", au lieu d'être "financé" par le citoyen.

Outre une présumée attaque du FN dans le film, Florian Philippot dénonce également le timing de sa sortie: "On est à deux mois de l'élection présidentielle".

La réaction de Florian Philippot, qui n'a vu que la bande-annonce, est perçue comme brutale par le réalisateur belge.

Qui est le tunisien recherché dans l'attentat de Berlin ?
Hasard du calendrier ou peur des critiques, la Tunisie a confirmé hier qu'il était tunisien... deux jours après l'attentat . Et toujours selon les médias allemands, l'homme recherché est connu par les policiers allemands pour des faits de violence.

"Ce n'est pas un film militant, c'est un film engagé, un film citoyen, fait pour provoquer la discussion, pas pour provoquer le FN ou la peur du Front national", se défend Lucas Belvaux sur RMC et BFMTV. Quant à Steeve Briois, il a traité sur Twitter la comédienne Catherine Jacob de "pot à tabac".

Il riposte enfin aux accusations du FN en s'amusant de voir que ceux qui s'indignent d'une présumée caricature sont encore plus caricaturaux que les personnages du film avec un discours aussi "brutal". Comme le souligne le site des Inrocks, le réalisateur Lucas Belvaux dissèque "avec une acuité quasi-documentaire les mécanismes de séduction des partis extrémistes": discussions qui dérapent, micro-événements générateurs de tensions sociales, humiliations pour attiser la haine de l'autre, etc.

Nous vous présentions en novembre dernier la première image de Chez nous, le nouveau film de Lucas Belvaux après le succès en 2014 de Pas son genre. "La brutalité de leurs discours m'a surpris", a ajouté le cinéaste.

Algérie : la liste des 23 pour la CAN, sans Feghouli ni Medjani