Etats-Unis: l'implication des Russes dans l'élection confirmée

Le patron du renseignement américain James Clapper le 7 septembre 2016 à Washington

Le patron du renseignement américain James Clapper le 7 septembre 2016

Dans une volonté apparente de calmer le jeu, le président élu a toutefois qualifié de "constructive" sa rencontre avec James Comey, directeur du FBI, John Brennan (CIA), l'amiral Michael Rogers (NSA), ainsi que le directeur du renseignement, James Clapper, et exprimé son "respect pour le travail des hommes et des femmes" du renseignement. Aucun nouvel élément susceptible de prouver l'implication russe n'a été fourni: James Clapper voulait d'abord présenter le rapport à Barack Obama, ce qu'il a fait quelques heures plus tard.

Le rapport, qui doit être remis au Congrès dans les prochains jours, a été présenté au président américain jeudi après-midi. Par ailleurs, d'après le Washington Post, des communications entre hauts responsables russes célébrant la victoire de Donald Trump ont été interceptées.

Les services de renseignement russes (GRU) auraient ainsi mené des attaques contre les deux camps, et utilisé le hacker Guccifer 2.0, ainsi que le site DCLeaks pour publier les emails du serveur du parti démocrate. Cela sera-t-il suffisant pour éteindre cette polémique?

Les techniques et méthodes informatiques de la Russie, a ajouté M. Clapper, sont également utilisées pour " influencer l'opinion publique en Europe et en Eurasie ". Ces dernières semaines, Donald Trump a en effet moqué et mis en doute à plusieurs reprises les conclusions de la communauté du renseignement sur l'ingérence russe.

"Les renseignements indiquent très fortement qu'il n'y a absolument aucune preuve que le piratage ait affecté les résultats de l'élection". La ligne de défense de Donald Trump: taper là où ça fait mal. Les services de renseignement n'ont pas toujours brillé par leur efficacité.

Accusé d'information trompeuse par Bruxelles — Facebook
Elle " craint donc que Facebook ait fourni, délibérément ou par négligence, des informations inexactes ou trompeuses ". La communication des griefs envoyée à Facebook concerne les informations fournies lors de l'acquisition de Whatsapp .

"Les médias mentent pour faire croire que je suis contre le renseignement, alors qu'en fait je suis un grand fan", a tweeté Donald Trump. James Clapper a rétorqué qu'il était, lui, " un grand fan des sanctions contre les Russes ".

Donald Trump a choisi l'ancien sénateur Dan Coats pour le poste de Directeur du renseignement national, a-t-on appris jeudi auprès de l'équipe de transition du président élu. Dan Coats, est un des six sénateurs américains et trois responsables de la Maison-Blanche qui ont été interdits de séjour en Russie par Moscou en 2014, en représailles aux sanctions américaines après l'invasion de la Crimée.

Donald Trump a lui été informé vendredi par les chefs du DNI, du FBI, de la CIA et de la NSA qui sont venus le rencontrer en personne dans sa tour quartier général à New York.

Entre-temps, il se défend d'avoir l'intention de réorganiser les services de renseignement américain. Pour le sénateur républicain John McCain, ces piratages correspondent ni plus ni moins à des "actes de guerre".

"Selon M. Clapper, les Russes n'en sont pas à leurs premières ingérences dans des élections américaines".

Décès de l'ancien président Mario Soares — Portugal