Les Etats-Unis vont expulser 35 diplomates russes — Piratage informatique

Obama va prendre des mesures de représailles contre Poutine et ses présumés hacks

Les États-Unis expulsent 35 diplomates russes

Par ailleurs, le département d'Etat ferme dès ce vendredi 30 décembre deux complexes de bâtiments appartenant à la Russie dans les Etats du Maryland, près de Washington, et de New York (nord-est), qui étaient "utilisés par des responsables russes à des fins de renseignements". Le président américain sortant, Barack Obama, a annoncé jeudi une série de mesures contre la Russie après son ingérence dans l'élection présidentielle américaine, déclarant notamment "persona non grata" 35 membres des services de renseignement russes.

Moscou a notamment été accusé d'être derrière des opérations de piratage informatique pendant les dernières élections américaines.

Le GRU est accusé d'avoir, grâce à ses agents et des moyens techniques, "falsifié, altéré (.) des informations avec l'objectif ou l'effet d'interférer dans le processus électoral américain en 2016".

"Ces actions ont été prises en réponse au harcèlement russe de diplomates américains et aux actions de ces diplomates que nous estimons ne pas correspondre à la pratique diplomatique", a déclaré cette même source.

Un pas en avant pour les régions éloignées — Internet haute vitesse
Il rappelle qu'il reste beaucoup de travail à faire en ce sens et qu'une stratégie nationale est encore nécessaire. Oui, tranche le CRTC en proposant la création d'un fonds de 750 millions tourné vers les régions mal desservies.

Selon les spécialistes de cybersécurité, Barack Obama veut dissuader la Russie ou d'autres Etats d'employer à l'avenir l'arme du piratage informatique pour influer sur la politique américaine. Les agences conviennent que les attaques visaient à favoriser Donald Trump face à Hillary Clinton. Il s'agit d'une réponse à des efforts russes de "nuire aux intérêts américains", a-t-il affirmé. Outre les accusations d'interférence dans l'élection présidentielle américaine du 8 novembre dernier, le département d'Etat se plaint depuis longtemps du harcèlement que subissent ses diplomates à Moscou de la part des agents de sécurité russes voire des agents de circulation. La décision affectera l'ambassade de Russie à Washington et le consulat russe à San Francisco, a précisé un haut responsable américain.

S'exprimant peu après dans un déclaration écrite, le président américain Barack Obama a précisé que les Etats-Unis ont sanctionné neuf entités et individus, dont les Services de renseignement militaires (GRU) et le FSB (ex-KGB).

Le secrétaire d'Etat John Kerry a déjà discuté de ce problème spécifique avec Vladimir Poutine et son homologue russe Sergueï Lavrov.

Michel Polnareff, excédé par les rumeurs sur sa santé, rétablit la vérité