"Chemises arrachées" : prison avec sursis pour trois ex-salariés d'Air France

Le PDG d'Air France refuse de commenter la décision du tribunal

Chemise arrachée : du sursis pour trois ex-salariés d'Air France

Interrogé par France Bleu Sud Lorraine, le leader cégétiste est revenu sur la condamnation de trois ex-salariés d'Air France condamnés à des peines de trois à quatre mois de prison avec sursis. Dix autres ex-salariés, poursuivis pour des dégradations, ont écopé d'une amende de 500 euros.

Les images de la scène, filmées, ont ensuite rapidement fait le tour du monde, quitte à occulter le contexte dans lequel les violences se sont inscrites.

L'avocate de 11 des prévenus, Lilia Mhissen, a dénoncé un jugement "scandaleux". Le procureur a requis des peines allant de deux à quatre mois de sursis et une amende de mille euros. Les...

François Fillon largement en tête — Primaire à Droite
Le Premier ministre Manuel Valls se verrait bien porter les couleurs de la gauche à la présidentielle. Le député de la 2e circonscription de Paris n'a pas encore réagi publiquement à cette annonce.

Les faits s'étaient produits à l'occasion d'une manifestation contre un projet de restructuration menaçant plusieurs milliers d'emplois, qui avait dégénéré.

Pris à parti par les salariés en colère au siège d'Air France, sur le site de l'aéroport parisien Roissy-Charles-de-Gaulle, les directeurs des ressources humaines et de l'activité long courrier, Xavier Broseta et Pierre Plissonnier, bousculés, avaient alors vu leurs chemises déchirées au contact de la foule. "Ce qu'on attend de voir, c'est si on a vraiment une justice indépendante ", a indiqué à l'Agence France-Presse Miguel Fortea, secrétaire général de la CGT Air France".

Au procès fin septembre, le président du tribunal avait reconnu que tous les participants à ces violences n'avaient pu être identifiés. Et, à l'audience, il était apparu que des doutes subsistaient quant à la responsabilité exacte de certains prévenus, qualifiés de "boucs émissaires" par la défense. Les images avaient fait le tour du monde, en plein conflit social à Air France. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

L'avion transportant l'équipe brésilienne de Chapecoense s'écrase