Autriche : le parti d'extrême-droite reconnaît sa défaite face au candidat écologiste

Algérie Presse Service - MONDE

Italie et Autriche : deux élections sous haute tension

L'extrême droite autrichienne a perdu dimanche son pari de concrétiser la poussée populiste en Europe en faisant élire son candidat à la présidence, Norbert Hofer étant devancé par l'écologiste Alexander Van der Bellen, selon les projections.

Alexander Van der Bellen avait remporté ce premier duel sur le fil avec un peu moins de 31.000 voix d'avance, au terme du dépouillement des votes par correspondance qui avaient départagé les candidats, 24h00 après le dépouillement des urnes. Celui-ci avait été annulé en raison d'irrégularités de procédure.

Le nouveau président autrichien, Alexander Van der Bellen, a salué ce dimanche soir la victoire d'une "Autriche pro-européenne".

De son côté, le numéro un du Parti socialiste (PS), Jean-Christophe Cambadélis, a réagi de manière similaire en twittant: "L'extrême droite battue en Autriche".

Le ministère de l'Intérieur a indiqué que les résultats définitifs ne seraient pas proclamés avant lundi, jour où sera compté le vote par correspondance.

Armes chimiques. Daesh pourrait avoir fabriqué son propre gaz moutarde
Elle a affirmé u'il y avait "des preuves crédibles de nombreuses autres attaques à l'arme chimique menées par le régime syrien". Cette mission d'enquête conjointe (JIM) avait été créée conjointement en août 2015 par l'ONU et l'OIAC, basée à La Haye.

Quelques minutes après l'annonce des résultats, le FPÖ a reconnu sa défaite face à Van der Bellen.

Une élection de Norbert Hofer était attendue avec intérêt par les partis alliés du FPÖ au niveau européen, le Front national (FN) en France ou le parti pour la Liberté de Geert Wilders aux Pays-Bas.

Le parti d'extrême droite entendait conforter son implantation dans le paysage politique autrichien et transformer ce scrutin en tremplin vers la Chancellerie, le cœur du pouvoir exécutif, dans la perspective de législatives prévues au plus tard en 2018.

Dans le camp adverse, des supportrices de M. Hofer ont éclaté en larmes. Il avait aussi évité les dérapages ouvertement xénophobes qui ont longtemps été la marque de fabrique de son parti, fondé par d'ex-nazis en 1956.

Le candidat écologiste, ancien professeur d'université, se présentait sous l'étiquette d'indépendant. L'élection de dimanche visait à trouver un successeur au social-démocrate Heinz Fischer, président depuis 2004 et qui ne pouvait briguer un troisième mandat. En Autriche, le chef de l'état n'a en effet qu'un rôle protocolaire.

Ligue 1. Direct : Le PSG doit capitaliser à Montpellier