Accusé d'information trompeuse par Bruxelles — Facebook

Selon l'Union Européenne, Facebook a donné

L'Europe soupçonne Facebook d'avoir menti lors du rachat de WhatsApp

Sous la pression européenne, Facebook capitulait mi-novembre.

La Commission européenne accuse Facebook d'avoir "fourni des informations inexactes ou trompeuses" sur son projet d'acquisition de WhatsApp. "Elles doivent prendre au sérieux cette obligation" a-t-elle rappelé mardi. Elle a adressé à la firme une "communication des griefs".

Facebook, de son côté, se veut coopérant.

Dans les éléments fournis à la Commission européenne pour valider le rapprochement, Facebook avait indiqué " qu'elle ne serait pas en mesure d'associer automatiquement et de manière fiable les comptes d'utilisateur des deux sociétés ". Si la Commission a tenu compte de cette information lors de son examen de l'opération, elle ne s'est pas exclusivement fondée dessus lorsqu'elle a approuvé l'opération. L'enquête lancée par Bruxelles porte sur un changement des conditions d'utilisation et de la politique de confidentialité de l'application en août dernier.

La communication des griefs envoyée à Facebook concerne les informations fournies lors de l'acquisition de Whatsapp. Elle "craint donc que Facebook ait fourni, délibérément ou par négligence, des informations inexactes ou trompeuses". En outre, quelles que soient les suites, le rachat ne sera pas remis en cause, précise la Commission.

Balotelli titulaire pour le choc face au PSG?
L'Italien, blessé au mollet depuis le 22 novembre, a manqué les quatre derniers matches de Nice . Malgré cette efficacité, son physique a encore du mal à suivre sa volonté.

"Bruxelles estime " particulièrement important " de pouvoir " se fier à l'exactitude et à l'exhaustivité des renseignements fournis, indépendamment de la question de savoir s'ils ont une incidence sur le résultat de l'appréciation de l'affaire ". L'ouverture de cette nouvelle enquête n'aura "pas d'incidence" sur le feu vert accordé à l'opération en 2014, a-t-elle cependant précisé.

Facebook a désormais jusqu'au 31 janvier 2017 pour répondre à la demande de Bruxelles.

Facebook risque en théorie une amende allant jusqu'à 1% de son chiffre d'affaires, soit à peu près 125 millions d'euros selon les revenus du réseau social en 2014, l'année du rachat.

Le réseau social californien avait annoncé le rachat de WhatsApp pour 19 milliards de dollars début 2014. La société de Mark Zuckerberg affirme encore que la Commission ne craignait pas un échange de données mais une fusion de WhatsApp avec ses services.

Berlin : Merkel admet d'emblée que le terroriste pourrait être un migrant
Patient sportif : prudence avec les compléments alimentaires