Un nouvel attentat déjoué, sept interpellations — France

Sept personnes âgées de 29 à 37 ans et de nationalités française, marocaine et afghane, ont été interpellées lors d'une opération menée dans le cadre d'une enquête ouverte au parquet antiterroriste depuis "plus de huit mois", a indiqué le ministre de l'Intérieur lors d'un point presse. C'est dans ce cadre que les quatre suspects ont été arrêtés par le RAID et la DGSI. Selon une source proche de l'enquête citée par BFMTV, ils attendaient une livraison d'armes mais n'avaient pas encore choisi leur cible.

" L'aboutissement du travail de la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure] a permis de mettre en échec une action terroriste envisagée de longue date sur notre sol ", a dit Bernard Cazeneuve.

"Un nouvel attentat vient d'être déjoué". Six des sept suspects de ce commando n'étaient pas connus des services de renseignements, a précisé Bernard Cazeneuve.

Deux d'entre eux ont été mis en examen et écroués. Selon plusieurs sources, l'affaire est qualifiée de " sérieuse ".

Qui se cache derrière ce vote surprise — Election américaine
Michael Flynn, général de réserve, semble tenir la corde pour devenir conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche. Même si les chiffres définitifs seront peut-être différents, il n'en demeure pas moins qu'il n'y a pas eu de " vague Trump ".

Cette série d'interpellations survient moins d'une semaine avant l'ouverture, prévue vendredi, du célèbre marché de Noël, qui attire chaque année une foule d'environ deux millions de personnes dans les rues de la capitale alsacienne. "Cazeneuve m'a confirmé que Strasbourg n'était pas visée, la cible était plutôt en région parisienne ", a déclaré lundi le maire de Strasbourg, Roland Ries".

Depuis le début de cette année 2016, il y a eu 418 interpellations.

Depuis septembre 2016, 143 personnes ont été arrêtées, 52 écrouées et 21 sous contrôle judiciaire.

On doit rappeler que depuis le début de l'année 2015, le territoire de l'Hexagone est exposé à la menace des attentats terroristes, qui ont fait des centaines de victimes et blessés pendant près de deux ans. Pour justifier une prolongation de ce régime d'exception, Manuel Valls a également cité vendredi " les batailles décisives " engagées contre l'EI dans ses fiefs de Mossoul en Irak et de Raqqa en Syrie, auxquelles la France participe au sein de la coalition.

Un blessé grave dans le Nord, surveillance accrue dans le Sud — Intempéries
Nicolas Sarkozy affiche sa confiance au premier tour — Primaire à droite