Qui se cache derrière ce vote surprise — Election américaine

En fait, personne ne pouvait réellement imaginer avant le 8 novembre que les femmes préféreraient Donald Trump, ses propos sexistes et sa fâcheuse tendance à la misogynie à l'épouse de Bill Clinton. Ce n'est pas une opposition entre des zones rurales blanches et des villes plus mélangées, car les zones rurales sont aussi mélangées ethniquement, c'est l'économie des services et de la connaissance vers laquelle nous avons basculé: "les emplois qui paient bien sont dans les grandes villes, et pour eux l'ascenseur social fonctionne". Donald Trump s'est de son côté déclaré "impatient" de travailler avec Barack Obama et de recevoir ses "conseils".

"Nous allons maintenant faire tout notre possible pour vous aider à réussir parce que, si vous réussissez, c'est tout le pays qui réussi", a-t-il déclaré.

Bombardé de questions sur ce thème mercredi, son porte-parole Josh Earnest était à la peine.

Le monde peine encore à réaliser que Donald Trump sera, à partir de janvier, le 45e président des Etats-Unis. Au plan politique, il s'est engagé à abroger une partie de l'héritage de son prédécesseur, à commencer par l'Obamacare, la réforme de l'assurance maladie. Barack Obama avait obtenu une très forte adhésion en 2012 avec un écart de 87 points en sa faveur au sein de la minorité noire, contre 80 points pour Hillary Clinton, et de 44 points pour la minorité latino, contre 36 pour Hillary Clinton. Cependant, comme lors de sa prise de parole la veille devant la Maison Blanche, il a réaffirmé son souhait d'une transition en douceur, dans le respect de la tradition aux États-Unis. "Sa manière d'humilier tellement d'Américains, son impulsivité, son harcèlement, ses mensonges, ses agressions sexuelles avouées et son manque total d'expérience en font un danger pour la République", dit la pétition. Plusieurs de ces propositions, dont la dernière, ont toutefois disparu jeudi de son site de campagne. Selon la formule habituelle des nouveaux élus, il a promis d'être "le président de tous les Américains". Quand on sait que Donald Trump est climatosceptique, cela pourrait être un moyen pour l'ancienne première dame "d'essayer de l'empêcher de détruire les États-Unis".

L'homme d'affaires populiste de 70 ans au toupet blond est arrivé en voiture, à l'abri des regards des journalistes, vers 11H00 (17h00 heure suisse), selon un responsable américain. Parmi les noms qui circulent déjà se retrouvent ses soutiens les plus fidèles pendant la campagne.

PSG : Les changements à l'OM, Emery s'en réjouit
Ils ont d'ailleurs déjà commencé à défier l'OM en lançant mercredi leurs chants traditionnels hostiles aux Marseillais. Le Paris Saint-Germain reçoit l'Olympique de Marseille ce dimanche (20h45) en clôture de la 10e journée de Ligue 1 .

Michael Flynn, général de réserve, semble tenir la corde pour devenir conseiller à la sécurité nationale de la Maison blanche.

De son côté, Donald Trump a aussi tenu à saluer son prédécesseur. Même si les chiffres définitifs seront peut-être différents, il n'en demeure pas moins qu'il n'y a pas eu de " vague Trump ". Le Sénat et la Chambre des représentants ont conservé mardi leur majorité républicaine.

Toutefois, il faut mettre en perspective ce désaveu, avec la baisse globale de la population en âge de voter entre les deux scrutins.

Le vice-président Joe Biden recevra un peu plus tard son successeur, Mike Pence.

Le "centre humanitaire" pour migrants ouvre à Paris