Primaire de la droite: forte hausse de Fillon, selon un sondage

La primaire de la droite et du centre devrait être plus serrée que prévue. Nathalie Kosciusko-Morizet recueille 4% d'intentions de vote au premier tour (stable par rapport à notre précédente enquête), tandis que Jean-Frédéric Poisson en obtient 2% (=) et Jean-François Copé 1% (-1).

Interrogé sur les mesures proposées la veille par Nicolas Sarkozy visant à armer l'Europe "d'outils protectionnistes", M. Juppé à répondu: "le protectionnisme est un grand danger pour l'économie mondiale et pour la paix du monde".

Il lâche ses coups contre les autres candidats.

L'enquête Harris-Interactive a été réalisée en ligne du 7 au 9 novembre, auprès de 975 personnes inscrites sur les listes électorales déclarant qu'elles iront certainement voter à la primaire, issues d'un échantillon de 8.011 Français de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Obama. L'Amérique entière souhaite le "succès" de Trump
D'autres signes mercredi montraient que la démocratie américaine se préparait à digérer l'élection choc de M. Ce n'est pas le résultat que nous souhaitions et je suis désolée que nous n'ayons pas remporté cette étape.

L'ancien chef de l'Etat se rapproche en revanche d'Alain Juppé chez les sympathisants de la droite parlementaire avec 30% des intentions de vote (+0,5) contre 31,5% (-10,5 points) pour le maire de Bordeaux. "Il aura du mal, mais il peut créer la surprise", affirme un responsable de la droite.

Quant à Nicolas Sarkozy, il n'a guère profité des débats et se voit talonné par son ancien Premier ministre.

Les sondés ne sont que 10% à estimer que le président sortant François Hollande, qui doit se prononcer en décembre sur une éventuelle nouvelle candidature, serait un "bon président" pour la France à partir de 2017.

Avec 36% à 40% d'intentions de vote au 1er tour, Alain Juppé reste le favori de la primaire, mais son avance s'effrite (-7). Avec sa participation à l'émission de Karine Le Marchand " Une Ambition intime " et avec des meetings de plus en plus nombreux avant la primaire, il est propulsé à la troisième place et espère ainsi faire valoir ses droits au second tour. "Remarquez, il y a un progrès dans l'identité heureuse: maintenant, on a le droit d'employer le mot identité", a ironisé l'ancien président devant 2.000 à 3.000 personnes massées dans une salle située en bord de Garonne.

Obama: "Bien sûr que j'ai des inquiétudes" sur une présidence Trump