"On entre dans la phase la plus complexe" — Libération de Mossoul

Les forces armées irakiennes ont ensuite pénétré dans des secteurs " sur la rive gauche de la ville de Mossoul ", a déclaré le centre de commandement conjoint des opérations chargé de l'offensive pour reprendre Mossoul.

Quelques heures plus tôt, le Premier ministre irakien, Haider Al Abadi, avait affiché son optimisme, deux semaines après le début, le 17 octobre, de la vaste offensive sur Mossoul.

" À la grâce d'Allah, nous trancherons la tête du serpent", a-t-il dit lors d'une allocution télévisée". "On l'a enlevé et on a planté le drapeau irakien à la place", explique Mohammed Ali qui, comme ses camarades, cherche à déloger les derniers jihadistes. A l'est et au nord de la ville, les combattants kurdes ont consolidé leurs positions dans les villages récemment repris à Daech. Enfin à l'ouest, les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, une coalition dominée par des milices chiites soutenues par l'Iran, tentent de couper les lignes de ravitaillement de l'EI avec la Syrie. Ou elles peuvent avancer seules dans les quartiers orientaux, en partie désertés par les djihadistes qui se sont repliés à l'ouest du Tigre, le fleuve qui traverse la ville, où leurs positions sont plus solides. L'ONU craint un désastre humanitaire.

L'ONU avait déjà exprimé mardi ses "sérieuses inquiétudes" quant au sort de dizaines de milliers de civils que l'EI aurait emmenés pour possiblement les utiliser comme boucliers humains.

Sur France Culture, Anne Pingeot revient sur sa vie avec François Mitterrand
C'est à France Culture qu'Anne Pingeot a souhaité se dévoiler et parler de son histoire d'amour avec François Mitterrand. Un jour de pluie des années 1950, le père d'Anne invite des amis dans leur maison de villégiature. ", se souvient-elle.

Ce 1er novembre, les soldats irakiens sont entrés dans Mossoul, ville dont l'EI avait pris le contrôle en 2014. "Les vies de 1,2 million de civils sont en grand danger et l'avenir de l'Irak tout entier est maintenant en jeu", s'est alarmé le directeur pour l'Irak du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC). Elle a entendu le crépitement des armes automatiques à l'arrière du front, situé à environ 600 m de Mossoul, la deuxième ville d'Irak.

Un convoi militaire turc d'une trentaine de véhicules transportant notamment des chars et des pièces d'artillerie était en route mardi vers une zone proche de la frontière avec l'Irak, ont indiqué des responsables militaires à l'AFP.

Une fois que les forces irakiennes seront à la périphérie de Mossoul, elles devraient assiéger la ville en laissant toutefois des couloirs humanitaires afin que les civils puissent fuir.

Les Nations unies ont affirmé mardi que le groupe terroriste autoproclamé "Etat islamique" (EI/Daech) déplacerait des milliers de civils vers Mossoul et ses alentours en Irak pour former un bouclier humain.

Surveillant de prison pris en otage à Dijon : le détenu s'est rendu