Migrants : vaste opération de contrôle à Paris au camp de Stalingrad

Les autorités ont commencé dès huit heures du matin ce lundi 31 octobre, au boulevard de La Villette, dans le 19e arrondissement de Paris.

Une opération de "contrôle administratif" a été menée par la police ce lundi matin dans le camp de migrants de Stalingrad, à Paris. Les opérations de contrôle sont régulières sur ces lieux de campement pour permettre de faire un point précis de la situation, avant des "mises à l'abri" des migrants dont la plupart sont d'origine soudanaise, somalienne, syrienne, libyenne, .

Celle-ci pourrait intervenir dans les jours qui viennent, selon Bernard Cazeneuve. Le Premier ministre Manuel Valls a lui annoncé samedi que cette évacuation serait traitée cette semaine.

Certains médias français ont récemment indiqué qu'un afflux de migrants était constaté au nord-est de Paris depuis le début de l'évacuation du camp de la Jungle à Calais (Pas-de-Calais) il y a une semaine, une analyse démentie par le ministre de l'Intérieur, réfutant toute existence de "mouvements de migrants" entre Calais et Paris.

Présidentielle : Macron décidera "en décembre ou janvier"
Depuis sa démission du gouvernement de Manuel Valls fin août, la candidature d'Emmanuel Macron ne fait guère de doute. Pour lui, " une présidence de l'anecdote, de l'événement et de la réaction banalise la fonction ".

"Tant pour les migrants que pour les riverains, la situation est devenue insoutenable", écrit Anne Hidalgo dans sa lettre, dont Reuters a obtenu copie. "Nous comptons sur les services de l'État pour que cette opération qui relève de leur compétence soit conduite rapidement ainsi qu'ils s'y sont engagés", ont-ils poursuivi.

"L'opération de mise à l'abri des personnes présentes sur le campement (.) doit obligatoirement se tenir avant l'ouverture du centre d'accueil pour les réfugiés situé aux abords de la Porte de la Chapelle", ont-ils également souligné.

Ce site, installé dans le 18e arrondissement voisin, devait initialement ouvrir courant octobre. Il aura une capacité de 400 lits à l'ouverture, portée à 600 d'ici la fin de l'année selon la mairie. Il prendra en charge les migrants pendant quelques jours avant de les répartir sur des structures d'hébergement plus pérennes en régions: des Centres d'accueil et d'orientation (CAO) similaires à ceux qui ont accueilli les migrants de Calais.

L'accord Ceta entre l'UE et le Canada sera signé dimanche