Les Eagles of Death Metal nient avoir été refoulés au Bataclan

Le 12 novembre, le Bataclan ouvrait de nouveau, un an après l'horreur du 13 novembre 2015 où 130 personnes ont perdu la vie, dont 90 dans cette salle de concert.

Habitué des déclarations tapageuses qui lui valent d'être désormais indésirable au Bataclan, le chanteur des Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, peine parfois à se faire entendre comme victime, un an après les attentats qui ont endeuillé Paris.

Pour l'occasion, c'est le chanteur Sting qui a offert un concert hommage, dont tous les bénéfiques ont été reversés aux associations 13 novembre: Fraternité Vérité et Life for Paris. Plusieurs journalistes avaient évoqué un incident avec le chanteur du groupe, Jesse Hughes, et l'un de ses musiciens à l'entrée du concert.

CAN 2017 : le vainqueur va recevoir plus de 2 milliards (CAF)
En Coupe de la Confédération , le vainqueur va empocher 1 million 250 000 dollars contre 660 000 actuellement. Désormais, une augmentation de 166% s'impose soit 4.000.000 de dollars.

Une polémique ayant enflé autour du supposé refoulement de Jesse Hughes du Bataclan pendant que Sting y chantait son titre "Inch'Allah", le chanteur du groupe a démenti avoir été viré de la salle, confirmant les déclarations de son manager. "Il y a des choses qu'on ne pardonne pas", avait tranché le codirecteur du Bataclan, Jules Frutos, en référence à des soupçons exprimés en mars par Jesse Hughes à l'encontre des vigiles. Le manager a déclaré dans un communiqué au magazine Billboard: " Jesse n'a même pas essayé d'entrer dans la salle de concert pour Sting (...) et ce lâche de Jules Frutos a le besoin de salir la réouverture de sa propre salle en répandant de fausses rumeurs après de la presse ". Jouant la carte de l'apaisement, le chanteur a ajouté: "Ça va être difficile de se débarrasser de moi, parce que j'adore ce lieu, j'adore mes amis".

Bataclan: des membres des Eagles of Death Metal refoulés au concert de Sting Paris - Deux membres des Eagles of Death Metal, le groupe américain qui jouait au Bataclan lors de l'attentat du 13 novembre 2015, ont été refoulés samedi avant le concert de Sting pour la réouverture de la salle parisienne, en raison de propos polémiques sur ces attentats, a indiqué le codirecteur de la salle. "(.) Je suis pour l'éternité redevable au peuple français". Un délire total, accusant la sécurité d'avoir été complice des terroristes.

Petit à petit, la vie reprend dans la salle de concert. Je me souviens d'eux fixant l'un de mes potes. A la suite de ces déclarations, deux festivals français avaient annulé les concerts du groupe prévus cet été.

Le Portugal répond à la Suisse