Le "centre humanitaire" pour migrants ouvre à Paris

Le campement du quartier Stalingrad à Paris a été évacué début novembre par la police

Le campement du quartier Stalingrad à Paris a été évacué début novembre par la police. Image Keystone

A l'initiative du projet, la maire PS de Paris Anne Hidalgo avait posé comme condition à cette ouverture, pour ne pas saturer immédiatement le nouveau centre, le démantèlement préalable du campement de migrants près du métro Stalingrad, dans le nord-est de Paris, devenu le plus grand bidonville de France après l'évacuation de la "Jungle" de Calais. "Dans les prochains jours ça va être le bouche-à-oreille", a dit à l'AFP Bruno Morel, directeur général d'Emmaüs solidarité, l'association qui pilote le centre. Il s'agira d'hommes isolés, qui pourront rester 5 à 10 jours avant d'être orientés vers d'autres lieux comme des centre pour demandeurs d'asile, ou des centres d'accueil ou d'orientation. Le centre devrait accueillir environ 80 personnes par jour. Les migrants accueillis sur place pourront aussi y suivre des cours de français.

La mairie de Paris souhaite accueillir les migrants dans des conditions dignes, dans un lieu sécurisé, et éviter les campements de tentes insalubres et surpeuplés. Les mineurs isolés, eux, seront transférés vers des structures de la ville de Paris. De leur côté, les femmes et les familles seront amenées en navette vers des lieux spécifiques avant d'être hébergées dans des hôtels ou le futur centre de 400 places d'Ivry-sur-Seine.

Dans une vaste structure gonflable blanche, jaune et grise, sorte de bulle de 900 m2, les migrants recevront à leur arrivée au centre des informations sur leurs droits et les démarches pour obtenir l'asile, traduites en anglais, arabe, pachto, dari et tigrinya.

Giroud est attendu chez les Bleus
Calendrier de l'équipe de France, entre matches du groupe A des qualifications pour le Mondial-2018 et rencontres amicales. A 30 ans, ce fidèle serviteur des Bleus depuis 2010 (48 sélections), est en nette perte de vitesse avec Crystal Palace.

A l'intérieur, huit "villages" sont composés chacun de douze cabanes en bois de 16 m2 chauffées et prévues pour quatre personnes. Une équipe médicale prodiguera les premiers soins et proposera des consultations (physiques et psychologiques).

Il a été évacué le 4 novembre sans incident par la police à la demande d'Anne Hidalgo, qui dénonçait une "situation humanitaire et sanitaire dramatique" devenue "insoutenable tant pour les migrants que pour les riverains". Il fonctionnera avec 120 salariés et des intervenants permanents ou occasionnels.

Au total, une trentaine d'opérations ont été réalisées et plus de 21.000 migrants mis à l'abri depuis plus d'un an dans la capitale. Le personnel du centre parisien a sillonné les rues dès 8 heures ce jeudi afin d'informer les migrants de l'ouverture du site parisien, détaille Le Monde.

Qui se cache derrière ce vote surprise — Election américaine