Bonne nouvelle pour Alstom — Emploi

Le groupe espagnol CAF a confirmé mercredi soir ne plus être dans la course pour la fourniture de rames de RER laissant désormais seul en lice le consortium formé par Alstom et Bombardier pour ce contrat de plus de trois milliards d'euros

L'appel d'offres géant de la SNCF ne peut plus échapper à Alstom et à Bombardier

Que se passerait-il si l'attelage Alstom-Bombardier venait à perdre l'appel d'offres en cours pour l'attribution de 270 trains de banlieue RER nouvelle génération (3 milliards d'euros), prévue en fin d'année?

L'usine CAF de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées), qui a fabriqué notamment des tramways pour Nantes ou Besançon, aurait été jugée trop réduite pour tenir le rythme de production attendu de 70 trains par an. Un rapport commandé au cabinet d'audit Oliver Wyman aurait conclu que l'entreprise ne serait pas forcément en mesure de livrer la commande dans les délais.

Alstom et Bombardier probables gagnants du contrat du siècle, montant du contrat: 3 milliards d'euros. "Toujours selon Mobilettre, CAF s'est vu signifier officiellement par la SNCF que l'évaluation de sa capacité de production industrielle ne lui permettait pas de remettre une BAFO (best and final offer)". CAF aurait dû embaucher de 500 à 600 salariés, les former et lancer une nouvelle chaîne de montage, ce qui pouvait exposer l'entreprise à des retards de livraison, juge un expert.

Se sachant menacés, Alstom et Bombardier s'étaient donc réunis en consortium pour maximiser leurs chances, quitte à se partager le gâteau.

Une armada russe traverse la Manche sous haute surveillance
D'après le ministre britannique de la Défense, Sir Michael Fallon, celui-ci "vise clairement à tester l'Alliance (.) et notre réponse".

Le volume inédit du contrat a poussé le français Alstom et le canadien Bombardier à s'unir pour multiplier les capacités de production. "CAF n'a jamais caché qu'il mettrait ses sites espagnols à contribution" pour tenir une cadence de 70 trains par an, ajoute-t-il. "L'audit a été très court et n'a duré que quelques jours à peine, a réagi dans le Figaro Francis Nakache, directeur général de CAF en France qui demande à "en avoir communication".

"Nous n'avons pas encore réussi à pérenniser l'activité". "La réalité, c'est qu'Alstom nous met aujourd'hui en concurrence avec ses implantations en Inde ou en Chine, conclut-il, si l'on veut sauver l'activité de construction ferroviaire en France, il faut que ces commandes publiques soient entièrement localisées dans l'Hexagone de la même manière que cela se fait aux Etats-Unis ou dans les pays émergents lorsqu'Alstom y remporte des contrats".

Ces nouveaux matériels seront destinés dans un premier temps au RER E, dont la prolongation vers l'ouest doit être mise en service à horizon 2022.

La suite des Animaux fantastiques dévoile une bonne…