Allemagne : Angela Merkel candidate à un quatrième mandat de chancelière

Angela Merkel le 17 novembre 2017 à Sarrebrück

Angela Merkel le 17 novembre 2017 à Sarrebrück. Image AFP

En poste depuis onze ans, Angela Merkel détient déjà le record de longévité au pouvoir dans les pays occidentaux.

Si elle est réélue, la politicienne de 62 ans parviendra à reproduire le record jusqu'ici détenu par son mentor, Helmut Kohl, soit celui d'avoir gouverné pendant 16 ans l'Allemagne de l'après-guerre.

Le combat pour les "valeurs" démocratiques et la défense "de notre mode de vie" face à la montée des populismes seront des éléments clés de son programme. Mme Merkel a aussi souligné que sa candidature interviendrait dans un contexte mondial agité "avec une situation internationale qui doit être réajustée après l'élection américaine", marquée par la victoire du populiste Donald Trump, et également concernant "la relation avec la Russie".

Son parti a subi en outre plusieurs défaites lors de scrutins régionaux, mais 55% des Allemands souhaitent la voir accomplir ce quatrième mandat, selon un sondage de l'institut Emnid publié dimanche. En août, la proportion d'opinions favorables n'était que de 50%.

Une bande d'ados frappe et gaze les passagers d'un TER
Armés de bombes lacrymogènes, ils ont aspergé des passagers, les ont également frappés et insultés, avant de prendre la fuite. Les jeunes, raconte le quotidien régional , ont profité d'un arrêt à la gare de Cannes-Ranguin, pour pénétrer dans le wagon.

Parallèlement, "dans son pays, son pouvoir s'effrite", nuançait cette semaine l'hebdomadaire Die Zeit. Mais sa famille politique n'est créditée que de 32% ou 33% des intentions de vote, près de dix points de moins que lors de l'élection précédente de 2013. Elle l'a elle-même reconnu, dimanche, admettant que la campagne de 2017 serait " plus difficile que toutes celles qui ont eu lieu depuis la réunification allemande ", en 1990.

"L'effet d'aspiration créé par la victoire de Trump atteint Merkel à un moment où ses possibilités de leadership sont limitées: elle ne peut compter sur l'Europe pour aller de l'avant, n'a pas de parti uni derrière elle et n'a pas le soutien franc de la population dont elle jouissait encore il y a un an et demi", juge Die Zeit. Mme Merkel a indiqué avoir "beaucoup réfléchi" avant de poser à nouveau sa candidature. Elle a dû composer avec la rébellion sur la question des réfugiés avec son allié bavarois (CSU), qui a longtemps menacé de ne pas la soutenir en 2017, avant finalement de rentrer dans le rang.

Angela Merkel garde toutefois des atouts maîtres: elle n'a pas de concurrent sérieux dans son camp, fait figure dans l'opinion de garant de stabilité dans une époque tourmentée et reste infiniment plus populaire que ses rivaux sociaux-démocrates.

La CDU est notamment concurrencée par la percée importante du parti populiste AfD, qui grignote des voix sur sa droite.

Sarkozy éliminé, Fillon et Jupé au second tour
Un blessé grave dans le Nord, surveillance accrue dans le Sud — Intempéries