Violents incidents entre manifestants nationalistes et CRS — Bastia

Procès Battini-Tomasini-Verdi: appel au calme pour la manifestation à Bastia

Bastia La manifestation de soutien aux prisonniers politiques dégénère (Vidéo)

Le rassemblement a été ponctué par des lancers de cocktails Molotov par des individus cagoulés.

Le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas avait lui aussi tenté d'apaiser les esprits en recommandant à l'administration pénitentiaire vendredi d'examiner "avec bienveillance" les demandes de transferts des condamnés sur l'île. Quatre membres des forces de sécurité avaient alors été blessés sur la place du Marché de Bastia, après des heurts avec une trentaine de jeunes gens cagoulés qui avaient lancé des cocktails Molotov et incendié des conteneurs à ordures.

Huit véhicules, dont au moins un de police, ont commencé à brûler, mais les pompiers ont rapidement pu éteindre les flammes.

CRS et gendarmes mobiles ont riposté par des tirs de grenades lacrymogènes et de Flash-Ball. Ils ont ensuite bouclé le périmètre. Elle avait été incendiée et un engin explosif, qui n'avait pas fonctionné, avait été retrouvé.

Mobilisation à Varsovie contre une interdiction totale de l'avortement — Pologne
Cette proposition de loi d'initiative citoyenne a été déposée par le comité "Stop Avortement ". La même chose, en cas de malformation du foetus.

En fin de journée, un calme relatif était revenu dans les rues de la vieille ville, quadrillées par des centaines de gendarmes.

Aucune interpellation n'a été rapportée.

Auparavant, la manifestation, à laquelle ont participé quelque 1500 personnes selon la police, 4000 selon les organisateurs, s'était déroulée sans incident. M. Verdi, en fuite, n'a pas assisté à son procès devant la cour d'assises spéciale de Paris.

A contrario, le jugement prononcé à l'encontre de Nicolas Batttini, Stéphane Tomasini, Ghjiseppu-Maria Verdi par la cour d'assises spéciale de Paris, est incompréhensible dans le contexte d'apaisement voulu par la société corse et marqué par l'arrêt des attentats depuis deux ans et demi. Plusieurs rassemblements ayant déjà dégénéré en Corse depuis le verdict, des consignes de calme avaient été lancées par les dirigeants corses, notamment les présidents du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale, Gilles Simeoni, et celui de l'assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, présent dans la manifestation. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Jean-Michel Aulas, son improbable demande pour Nabil Fekir — OL