Un baril à 60 dollars envisageable — Pétrole

Nicolas Maduro le président du Venezuela membre de l'Opep et son homologue russe Vladimir Poutine dont le pays n'appartient pas à l'organisation se sont retrouvés lundi 10 ctobre 2016 au Congrès mondial de l'Energie organisé à IstanbulPreside

Un baril à 60 dollars envisageable — Pétrole

Le ministre saoudien de l'Energie a estimé lundi qu'un baril de brut à 60 dollars était envisageable d'ici la fin de l'année ce qui a donné un coup de pouce aux cours.

Poutine a déclaré au Congrès mondial de l'énergie à Istanbul que ces mesures coordonnées étaient la seule façon d'équilibrer le marché après une période prolongée de baisse des prix.

Les marchés enregistrent une tendance haussière depuis la décision surprise de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole le 28 septembre de ramener sa production à un niveau de 32,5 à 33 millions de barils par jour, contre 33,47 mbj en août. "La Russie continuera à être un fournisseur d'énergie fiable", a ajouté le président russe à Istanbul.

Cette organisation "doit faire en sorte de ne pas trop resserrer" la production car "nous ne voulons pas créer un choc sur le marché et déclencher un processus susceptible d'être nuisible", a-t-il toutefois mis en garde.

"Nous avons des plans économiques et fiscaux pour faire face des scénarios de bas prix ou des scénarios de prix modérés " a-t-il fait valoir en reconnaissant que le royaume avait preuve de complaisance durant les années fastes. Il a assuré que ce plan serait appliqué quel que soit le prix du pétrole.

Deux ados arrêtés en Lozère et Vendée — Fausse alerte
Les hommes de la BRI on alors investi les lieux: au bout d'"environ une heure", ils ont constaté qu'il n'y avait aucun danger. Depuis samedi, jour de la fausse alerte attentat à Paris, ils se vantent sur les réseaux sociaux et auprès des médias.

Le Congrès Mondial de l'Energie se tient tous les trois ans et rassemble des centaines de participants venus des différentes régions du monde pour discuter des transformations dans ce secteur.

"L'approbation de la Russie a effacé l'incertitude des marchés, et maintenant la situation est plus claire", a salué Naeem Aslam, directeur de la recherche de ThinkMarkets, tout en rappelant que les pays producteurs de pétrole avaient tendance à ne pas tenir les engagements pris. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, ainsi que ses homologues russe, Vladimir Poutine, et vénézuélien, Nicolas Maduro, figurent parmi les participants.

Le pays avait même annoncé une production record en septembre pour la période post-soviétique de 11 millions de barils par jour. Le baril de "light sweet crude" (WTI) montait lui à 51,46 dollars, à son plus haut niveau depuis juin.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 53,22 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 1,29 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

STX Saint-Nazaire. Une vente très surveillée