STX Saint-Nazaire. Une vente très surveillée

Le paquebot Oasis 4 en construction sur le chantier naval STX France de Saint-Nazaire le 2 septembre 2016

Le paquebot Oasis 4 en construction sur le chantier naval STX France de Saint-Nazaire le 2 septembre 2016

Le chantier naval de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), qui emploie 2.600 employés, affiche pour sa part une forme insolente avec quatorze paquebots de croisière à construire pour ses deux principaux clients, l'italo-suisse MSC Croisières et l'américain Royal Caribbean, mais sa vente doit contribuer à remettre à flot la filiale du conglomérat STX, qui va de la construction navale au bâtiment.

STX Offshore & Shipbuilding, principal actionnaire de ces chantiers, est en pleine débâcle et envisage de les revendre, alors que leurs carnets de commandes sont pleins, perspective qui inquiète les syndicats et les élus locaux. Contrairement à ce qu'affirmait Libération dans son édition de lundi 10 octobre, l'objectif de l'État "n'est pas de devenir actionnaire majoritaire de la société STX France", a assuré dans la journée Christophe Sirugue, le secrétaire d'État à l'Industrie, dans un communiqué.

Ligue 1: PSG, prise de tête ?
Si j'étais à la tête du Real Madrid ce serait peut-être plus simple d'aborder ce match, oui, mais moi je suis à Toulouse et je suis content d'y être.

Pour ce faire, l'Etat bénéficie du levier de sa minorité de blocage dans le capital de STX France et des droits qui lui sont conférés par le pacte d'actionnaire. Depuis le placement de STX O&S en redressement judiciaire au début du mois de septembre, avec un plan de redressement incluant la cession de la participation du groupe coréen dans les Chantiers de Saint-Nazaire, le gouvernement a initié des discussions avec plusieurs repreneurs industriels intéressés, dans le but d'anticiper les décisions qui seront prises par le tribunal de commerce de Séoul et le groupe STX au terme du processus de vente.

Aucune nationalisation ne serait donc au programme, mais le gouvernement souhaite "peser dans le choix du repreneur". "La question qui est posée est: comment pourrons-nous peser dans les options qui seront proposées par les différents acquéreurs?". Il détient deux tiers du capital de STAX France depuis 2008. Il pourrait aussi activer un droit de veto, les activités de STX France ayant été jugées "stratégiques " dans le décret dit "Montebourg " publié en mai 2014. On évoque aussi un mystérieux fonds d'investissement sino-britannique et le groupe de construction naval Genting Hongkong qui, lui, s'est déjà déclaré candidat à la reprise de STX France, dans le sillage de Damen et de l'italien Fincantieri.J. L'État pourrait alors faire barrage en actionnant sa minorité de blocage en tant qu'actionnaire.

L'île affronte famine et choléra après l'ouragan — Haïti
Un baril à 60 dollars envisageable — Pétrole