Présidentielle : Macron décidera "en décembre ou janvier"

Emmanuel Macron le 14 octobre 2016 à Paris- Emmanuel Macron le 14 octobre 2016 à Paris- AFP ERIC PIERMONT

Emmanuel Macron le 14 octobre 2016 à Paris- AFP ERIC PIERMONT

Des propos qui devraient plaire à François Hollande, alors que, selon un sondage IFOP-JDD, 86% des Français ne souhaitent pas sa candidature pour 2017 -ils sont également 78% à le trouver trop bavard auprès des journalistes, après la polémique née des propos qu'il a tenus dans une série d'échange avec les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme. "Il considère que le Président est devenu un émetteur comme un autre dans la sphère politico-médiatique", explique le fondateur du mouvement "En marche!", qui n'a pas encore officiellement déclaré son intention de se présenter à la prochaine élection présidentielle, en mai prochain. "Les Français attendaient (.) un projet collectif fondé sur une idéologie claire et cela n'est jamais venu", dit-il. Ce dimanche, le site de l'hebdomadaire Challenges publie un entretien fleuve avec Emmanuel Macron, réalisé le 5 octobre dernier - soit avant la publication du livre de confidences choc du chef de l'Etat.

"François Hollande ne croit pas au 'président jupitérien'".

Cyclisme Cyclisme/Binche-Chimay-Binche - Arnaud Démare s'impose au sprint
Il succède succède au Néerlandais Ramon Sinkeldam au palmarès de l'épreuve. Le Français a devancé le Tchèque Zdenek Stybar (Etixx). Le peloton s'est expliqué ensuite pour la victoire.

Comme pour achever un président déjà à terre, Emmanuel Macron multiplie les prises de distance: "comme conseiller, j'ai eu des désaccords avec le président", rappelle-t-il. Quand le président devient "normal", "nous courons un risque politique et institutionnel, mais aussi un risque psychologie collectif, et même un risque pour l'efficacité de l'action". "Le peuple français, collectif et politique, peut se retourner très vite parce qu'il est en attente d'un discours qui donne à la fois du sens et des perspectives". Pour lui, "une présidence de l'anecdote, de l'événement et de la réaction banalise la fonction". François Hollande commence à être critiqué même parmi ses fidèles soutiens. Emmanuel Macron plaide dès lors pour l'invention d'une "nouvelle forme d'autorité démocratique fondée sur un discours du sens, sur un univers de symboles, sur une volonté permanente de projection dans l'avenir, le tout ancré dans l'histoire du pays". "Ce type de présidence ne permet pas de se réconcilier avec le temps long et le discours du sens".

Depuis sa démission du gouvernement de Manuel Valls fin août, la candidature d'Emmanuel Macron ne fait guère de doute.

La fille du sprinteur Tyson Gay tuée par balles — Etats-Unis